Une simple histoire d’amour. Les rafales, tome 3, Louise Tremblay d’Essiambre

Une famille tout ce qu’il y a de plus typique des années 1920, la vie quotidienne avec ses petits bonheurs et malheurs, le dur labeur pour joindre les deux bouts et… l’arrivée du téléphone qui va grandement faciliter les communications ! Voilà de quoi est fait le 43e roman de Louise Tremblay d’Essiambre. Sans compter l’emprise de l’Église et ses diktats plus ou moins mobilisateurs. Si l’auteure respecte à la lettre le langage d’époque de ces bonnes gens qu’on qualifie trop aisément de « monde ordinaire », d’aucuns peuvent finir par trouver ce jargon laborieux à la lecture. Quant à l’intrigue, comme le titre l’annonce bien, il s’agit d’une histoire simple aux rebondissements un peu prévisibles : l’existence de la famille Lafrance au jour le jour, l’autorité parentale du temps (y compris le grand-père malcommode), les études à l’extérieur pour les aînés qui découvrent un autre univers, et la dualité ville-campagne.

Une simple histoire d’amour. Les rafales, tome 3

★★

Louise Tremblay d’Essiambre, Guy Saint-Jean éditeur, 2017, 400 pages