Le Canada dit oui à la Foire du livre de Francfort

Le gouvernement conservateur de Stephen Harper avait décliné il y a environ deux ans l’invitation de la Foire du livre de Francfort.
Photo: Michael Probst Associated Press Le gouvernement conservateur de Stephen Harper avait décliné il y a environ deux ans l’invitation de la Foire du livre de Francfort.

Après s’être laissé désirer, le Canada a enfin accepté d’être l’invité d’honneur de la Foire du livre de Francfort.

Le prestigieux salon déroulera le tapis rouge pour les artisans canadiens de l’industrie du livre pour son édition de 2020, a confirmé jeudi la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly.

« Je suis honorée qu’on ait reçu cette invitation, et je suis encore plus honorée de l’accepter », a-t-elle dit à La Presse canadienne.

En acceptant l’invitation des organisateurs de l’événement, le gouvernement libéral signale que le Canada se réengage sur la scène internationale, a souligné Mme Joly.

« Ça s’inscrit dans notre volonté de repositionner, au niveau international, nos différentes industries culturelles […] et dans notre stratégie d’exportation culturelle », a-t-elle précisé.

Le gouvernement conservateur de Stephen Harper avait décliné il y a environ deux ans l’invitation de la Foire du livre de Francfort.

Les organisateurs de l’événement avaient proposé au Canada d’être à l’honneur en 2017, une présence qui aurait coïncidé avec le 150e anniversaire de la Confédération.

L’administration Harper avait refusé en invoquant des raisons budgétaires.

La ministre Joly n’était pas en mesure de préciser jeudi les détails sur le montant de la subvention fédérale qui sera consacrée à cette présence canadienne en sol allemand.

Elle a cependant fait valoir que les retombées générées par une présence à un événement d’une telle envergure sont inestimables.

1 commentaire
  • Édith Brunette - Abonnée 7 octobre 2016 11 h 42

    Alors qu'au Québec... sur fond des Journée de la culture

    ...on s'apprête à fermer la librairie Format du 2-22 Saint-Laurent / Sainte-Catherine opérée par le RCAAQ. Et ce, probablement par manque de fonds dans la foulée des coupes de 2.5 millions du CALQ pour les organismes de représentation du milieu des arts...