Vieillir? Et puis après?, Québec Science

Le Québec, sur le plan démographique, vieillit. Est-ce grave, docteur ? Dans ce numéro spécial entièrement consacré à ce phénomène, le magazine Québec Science, sans dorer la pilule à ses lecteurs, en offre une vision à la fois lucide et apaisante. Bien sûr, l’alzheimer, le parkinson et les rides existent ; bien sûr, l’immortalité n’est qu’un mythe. Toutefois, être une société vieillissante, explique le démographe Jacques Légaré, est une bonne nouvelle parce que « cela veut dire que nous mourons moins de maladies et d’accidents ; que nous survivons mieux », sans que cela soit une des causes principales de l’explosion des coûts en santé, rappelle à son tour le démographe Yves Carrière. Le maintien à domicile des aînés est-il la solution miracle ? Peut-être pas, explique brillamment Michèle Charpentier, docteure en travail social. En ouverture de cet excellent dossier, l’anthropologue Serge Bouchard présente sa vision du vieillissement. « L’enfant apprend à marcher ; le vieux apprend à s’asseoir. Dans les deux cas, cela peut entraîner quelques larmes. Aux deux extrémités du temps de vivre, le besoin de consolation est immense », note-t-il dans ce petit chef-d’oeuvre de sagesse.

Vieillir? Et puis après?

Québec Science, novembre 2014, 68 pages