Relations, collectif

Les finalités de l’éducation sont aussi au coeur du plus récent numéro de la revue Relations, qui plaide « pour une éducation émancipatrice ». Comme Eric Martin, Emiliano Arpin-Simonetti rappelle les deux missions dévolues à notre système d’éducation par le rapport Parent — transmettre une culture commune et former une main-d’oeuvre qualifiée — et déplore que la seconde ait pris le dessus sur la première. Il faut, écrit-il, s’opposer « au dévoiement marchand de l’éducation, à la fascination de nos dirigeants pour les formes de l’administration managériale et technocratique, à la captation de la créativité et de l’imagination par les seules forces productives ». Le plaidoyer pour « un humanisme renouvelé en éducation », de la professeure de philosophie Anne-Marie Claret, l’invitation à un usage raisonné et critique des nouvelles technologies en classe, du professeur en sciences de l’éducation Jacques Daignault, et le projet, formulé par l’anthropologue Gilles Bibeau, d’un enseignement de l’histoire du Québec qui conjuguerait les approches nationale et sociale sont les moments forts de ce dossier.

Relations

No 774, septembre-octobre Montréal, 2014, 48 pages