Littérature française - Mieux lire nos vies

Guylaine Massoutre Collaboration spéciale
Marguerite Duras fait son entrée dans La Pléiade.<br />
Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Marguerite Duras fait son entrée dans La Pléiade.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

André Gide parlait du «miracle de la littérature». Ce réel-là visait la merveilleuse manière d'instruire les hommes dont La Fontaine relançait l'art. Or ces classiques d'hier et d'aujourd'hui se réactualisent, inépuisables: dans Et si l'amour durait (Stock), Alain Finkielkraut y relit Madame de La Fayette (La Princesse de Clèves), Ingmar Bergman (Les Meilleures Intentions), Philip Roth (Professeur de désir) et Milan Kundera (L'Insoutenable Légèreté de l'être).

Chateaubriand, cet amoureux de l'Amérique, revit aussi dans le portrait littéraire de Michel Crépu, Le Souvenir du monde (Grasset). Et qui n'aimera replonger dans les passions littéraires, de Tristan et Iseult à Belle du Seigneur, quand Pierre Lepape s'adonne à Histoire des romans d'amour (Seuil)? Proust, quant à lui, renaît chez Omnibus, en deux volumes, comme dans une délicieuse collection de poche, au format réduit et sur papier bible, Point Deux.

Elles ont su se révolter, souvent seules: Marguerite Duras sera toute là, en deux tomes de La Pléiade, et Annie Ernaux, dans Écrire la vie (Quarto), qui lance onze textes majeurs, augmentés de dix autres brefs, avec des pages inédites de son Journal secret. Jean Lacouture y ajoute un portrait de Carmen, la révoltée (Seuil), tandis que Noëlle Châtelet rajuste son projecteur dans Entretien avec le marquis de Sade, chez Plon.

Quant à l'oeuvre magistrale de Pascal Quignard, elle s'augmente d'un roman breton, dont l'héroïne secrète s'avance au milieu de regards incertains, dans Les solidarités mystérieuses (Gallimard): preuve que la littérature recèle toujours de nouvelles formes d'amour.

Échos du monde

À L'Olivier, voici une fantaisie initiée à Montréal, Le Cas Sneijder de Jean-Paul Dubois, où le témoin d'un accident mortel arrivé aux siens retrouve le goût de vivre. Au Seuil, Des vies d'oiseaux de Véronique Ovaldé, Rouler de Christian Oster seront des titres à saisir, mais sauront-ils percuter et plaire autant que Lydie Salvayre, qui consacre Hymne à une figure inaltérable de Woodstock, Jimi Hendrix, dont la force, la légende et la noirceur sont encore des défis?

Un été sur le magnifique de Patrice Pluyette (Seuil) clôt la résidence de son auteur à la Villa Medicis de Rome. Voyez un tout autre univers basculer chez Flammarion, où Mathieu Belezi remue la mémoire algérienne, dans Les Vieux fous.

Chez Gallimard, les phares se nomment Stéphane Audeguy, Rom@, David Foenkinos, Les Souvenirs, et Éric Fottorino, Dos crawlé: ni la fantaisie, ni la profondeur n'y relèvent de l'âge de l'auteur. Carole Martinez, primée, y est une autre plume vive: Du domaine des Murmures nous transporte au Moyen Âge. Et puis le monde francophone est vaste: Boualem Sansal, grand Prix de la francophonie, a écrit Rue Darwin à Alger. Quant à Brina Svit, de Ljubljana, elle voyage dans Une nuit à Reykjavik.

D'autres choix

Chez P.O.L., trois incontournables: d'Emmanuel Carrère Limonov, histoire aventureuse et ambiguë de qui fut sans doute, entre autres profils, un salaud; de Marie Darrieussecq, qui revit l'adolescence, Clèves, supposément drôle et cruel, à voir... Et de Jean Rolin, un petit polar inattendu chez cet adepte du récit, Le Ravissement de Britney Spears.

Pour son 100e opus, une collection de perles, Sabine Wespieser publiera une brève histoire de Clara Dupont-Monod, celle d'un homme obèse, Nestor rend les armes. Plus érotique, Les Découvertes d'Éric Laurrent (Minuit). Chez Zulma, qui aime la langue léchée et sophistiquée d'Hubert Haddad la retrouvera attachée à un enfant soldat afghan, Opium Poppy.

Voyez aussi Actes Sud, où trois écrivains subtils: Lyonel Trouillot, La Belle Amour humaine, sis aux Caraïbes, Merlin Arditi, Le Turquetto, peintre de la Renaissance vénitienne, et Régime Detambel, dont Son corps extrême reconstruit en mots le corps d'une femme blessée après un grave accident. Et une myriade de livres de poche, vous séduisant au hasard, vous attendent, si vous avez escamoté les rentrées précédentes.

***

Collaboratrice du Devoir