Un Canadien parmi les trois lauréats du Nobel d’économie

Le trio de cercheurs a permis d’éclairer de nombreux domaines comme le marché du travail, l’immigration et l’éducation.
Photo: Claudio Bresciani / TT via Associated Press Le trio de cercheurs a permis d’éclairer de nombreux domaines comme le marché du travail, l’immigration et l’éducation.

Un Canadien figure parmi les trois économistes basés aux États-Unis qui sont les lauréats du prix Nobel d’économie de 2021. Il s’agit de David Card, natif de Guelph en Ontario, qui travaille à l’Université de Californie, à Berkeley. Les deux autres sont Joshua Angrist, du Massachusetts Institute of Technology, et Guido Imbens, de l’Université Stanford.

L’Académie royale des sciences de Suède expliquait lundi que les trois spécialistes de l’économie expérimentale ont redéfini le travail empirique en sciences économiques. Ils sont récompensés pour leurs travaux sur les impacts du salaire minimum sur le marché du travail, de même que sur l’immigration et l’éducation.

« Leurs recherches ont considérablement amélioré notre capacité à répondre aux questions clés de causalité, ce qui a été très bénéfique pour la société », a déclaré le président du Comité des sciences économiques, Peter Fredriksson.

M. Card a effectué des recherches en ayant recours à des restaurants dans le New Jersey et dans l’est de la Pennsylvanie pour mesurer les effets de l’augmentation du salaire minimum. Lui et son défunt partenaire de recherche Alan Krueger ont découvert qu’une augmentation du salaire minimum horaire n’affectait pas l’emploi, remettant en cause l’idée reçue selon laquelle une augmentation du salaire minimum entraînerait une diminution des embauches.

Le travail de l’économiste canadien a également remis en question une autre idée répandue, selon laquelle les immigrants font baisser les salaires des travailleurs nés dans le pays. Il a constaté que les revenus des natifs peuvent bénéficier de l’arrivée récente d’immigrants, alors que ceux issus d’une immigration précédente risquent d’être affectés négativement.

L’Académie attribuera à David Card la moitié de la bourse de dix millions de couronnes suédoises, soit environ 1,426 million de dollars canadiens. Joshua Angrist et Guido Imbens se partageront l’autre moitié.

MM. Angrist et Imbens ont été récompensés pour avoir résolu les problèmes méthodologiques qui permettent aux économistes de tirer des conclusions solides sur les causes et les effets même lorsqu’ils ne peuvent pas mener des études selon des méthodes scientifiques strictes.

Contrairement aux autres prix Nobel, le prix d’économie n’a pas été établi dans le testament d’Alfred Nobel, mais par la banque centrale suédoise en sa mémoire en 1968, le premier lauréat étant sélectionné un an plus tard. Il s’agit du dernier prix annoncé chaque année.
 

La semaine dernière, le prix Nobel de la paix 2021 a été décerné aux journalistes Maria Ressa des Philippines et Dmitry Muratov de la Russie pour leur combat pour la liberté d’expression dans des pays où les journalistes ont été victimes d’attaques persistantes, de harcèlement et même de meurtres.

Mme Ressa était la seule femme honorée cette année dans toutes les catégories.

Le prix Nobel de littérature a été décerné à l’écrivain tanzanien basé au Royaume-Uni, Abdulrazak Gurnah, qui a été reconnu pour son interprétation « sans compromis et compatissante des effets du colonialisme et du sort des réfugiés ».

Le prix de physiologie ou de médecine est allé aux Américains David Julius et Ardem Patapoutian pour leurs découvertes sur la façon dont le corps humain perçoit la température et le toucher.

Trois scientifiques ont remporté le prix de physique pour des travaux qui ont aidé à expliquer et à prédire les forces complexes de la nature, notamment en élargissant notre compréhension des changements climatiques.

Benjamin List et David W.C. MacMillan ont remporté le prix de chimie pour avoir trouvé un moyen plus simple et plus écologique de construire des molécules pouvant être utilisées pour fabriquer des composés, notamment des médicaments et des pesticides.

À voir en vidéo