L’industrie touristique reste prudente après la réouverture de la frontière

Lundi, la circulation routière aux abords des postes frontaliers rouverts était normale, selon Marie-Ève Letellier, porte-parole de l’Agence des services frontaliers du Canada. «Il y a une petite hausse de volume, mais rien d’un impact majeur qui cause des temps d’attente à la frontière.»
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Lundi, la circulation routière aux abords des postes frontaliers rouverts était normale, selon Marie-Ève Letellier, porte-parole de l’Agence des services frontaliers du Canada. «Il y a une petite hausse de volume, mais rien d’un impact majeur qui cause des temps d’attente à la frontière.»

La frontière canadienne s’est rouverte dans le calme, lundi, permettant l’entrée au pays de voyageurs américains doublement vaccinés après plus de 16 mois de fermeture. Une étape qu’attendait impatiemment l’industrie touristique québécoise, qui se montre toutefois prudente par rapport aux perspectives de relance.

Lundi, la circulation routière aux abords des postes frontaliers rouverts était normale, selon Marie-Ève Letellier, porte-parole de l’Agence des services frontaliers du Canada. « Il y a une petite hausse de volume, mais rien d’un impact majeur qui cause des temps d’attente à la frontière. »

Mme Letellier estime que plus d’Américains ayant eu vent de la réouverture pourraient décider de voyager au Québec durant les 14 prochains jours — la durée minimale requise entre l’administration d’une deuxième dose du vaccin et l’entrée au pays. Mais les prochaines tendances de voyage demeurent difficiles à prédire.

 
6
C’est, en milliards de dollars, le montant des pertes pour le secteur de la restauration au Québec l’an dernier.

Les restaurateurs et les hôteliers, eux, reçoivent la nouvelle de la réouverture avec un optimisme modéré. « On espère que les restaurants qui sont dans des quartiers historiques vont pouvoir retrouver un peu de clientèle, comme les autres provinces l’ont fait durant ces dernières semaines », affirme François Meunier, le vice-président aux affaires publiques et gouvernementales de l’Association Restauration Québec (ARQ).

Il souligne que les régions de Montréal et de Québec n’ont pas profité d’un regain d’affluence aussi important que celui vu en Gaspésie, à Charlevoix ou dans les Laurentides. « On n’a pas eu la moitié des ventes réalisées dans les autres provinces. L’accueil [de visiteurs locaux dans ces régions] a été meilleur, mais ces villes recevaient de la clientèle en raison des festivals, des spectacles, des touristes étrangers qui transitaient et devaient manger deux fois par jour. Les pertes ont été immenses : près de 6 milliards de dollars [pour le secteur de la restauration] au Québec l’an dernier. »

Il faudrait d’abord pourvoir les postes pour pouvoir répondre à une hausse de la demande

L’arrivée des dollars américains aidera à soulager ces pertes, précise M. Meunier, mais la situation sanitaire reste imprévisible. Se retrouver dans un autre confinement à la suite d’une nouvelle vague d’infections serait « la pire catastrophe » pour l’industrie, qui espère se maintenir à long terme. C’est d’ailleurs pourquoi le milieu montre « un niveau d’acceptabilité assez fort pour le passeport vaccinal », remarque-t-il.

Types de voyageurs

Du côté des hôteliers, Dany Thibault, le président du conseil d’administration de l’Association Hôtellerie Québec, voit d’un bon œil l’arrivée des touristes américains, mais reconnaît que ça ne réglera pas tout. Il convient que le volume de réservations pour le mois d’août est meilleur que celui de l’année passée. Mais depuis le début de la pandémie, il y a un manque de main-d’œuvre pour accueillir les clients et l’industrie dépend encore beaucoup du tourisme étranger pour se maintenir à flot.

« Les voyageurs régionaux — ceux à proximité de Montréal, de Québec ou de l’Ontario — vont demeurer dans les hôtels seulement deux-trois nuits maximum, tandis que les voyageurs américains et européens vont aller jusqu’à six-sept nuits, alors c’est la grande différence », explique-t-il. « Et c’est reconnu que les voyageurs internationaux dépensent plus d’argent dans l’économie touristique que les voyageurs du Québec. »

Si la réouverture de la frontière permet de ramener 65 à 70 % de la clientèle habituelle du mois d’août en contexte non pandémique, ce sera déjà un net progrès par rapport à l’an dernier, note M. Thibault. « Est-ce qu’il y aura un grand nombre d’Américains ? Le temps va nous le dire. Il faudrait d’abord pourvoir les postes pour pouvoir répondre à une hausse de la demande. »

À voir en vidéo