L’Ethereum s’emballe et atteint un record

Depuis le début de l’année, l’ether a gagné plus de 450 %, comparativement à une hausse d’environ 100 % pour le bitcoin sur la même période.
Photo: Ina Fassbender Agence France-Presse Depuis le début de l’année, l’ether a gagné plus de 450 %, comparativement à une hausse d’environ 100 % pour le bitcoin sur la même période.

La frénésie des cryptomonnaies ne tarit pas. Lundi, le réseau de l’Ethereum a réalisé un nouveau record. Sa cryptomonnaie, l’ether (ETH), a dépassé pour la première fois la barre des 4000 dollars américains. Son fondateur, le Russo-Canadien Vitalik Buterin, est devenu milliardaire la semaine dernière à seulement 27 ans.

Depuis le début de l’année, l’ether a gagné plus de 450 %, comparativement à une hausse d’environ 90 % pour le bitcoin sur la même période. L’engouement pour l’ether a notamment été soutenu par la montée en flèche de la finance décentralisée (DeFi) — alors que des plateformes numériques veulent réduire la domination des banques sur les transactions financières.

 

 

Lundi, la valeur de la cryptomonnaie atteignait 4200 dollars américains en milieu de journée, avant de replonger à 3800 dollars en fin d’après-midi — signe de la volatilité de la cryptomonnaie. Selon le site spécialisé CoinMarketCap, la capitalisation de l’ether s’élevait à près de 480 milliards de dollars américains lundi, faisant d’elle la cryptomonnaie avec la deuxième capitalisation en importance après celle du bitcoin, évaluée à environ 1065 milliards de dollars.

La fortune du fondateur de l’Ethereum, Vitalik Buterin, s’élève désormais à près de 1,3 milliard de dollars américains, selon son portefeuille public dans lequel il détient environ 333 500 ethers.

 

 

L’ether pourrait-il franchir le seuil des 8000 ou des 10 000 dollars d’ici la fin de l’année ? C’est en tout cas ce qu’a plaidé Megan Kaspar, cofondatrice de Magnetic, une compagnie d’investissement en actifs numériques, lors d’une entrevue avec Yahoo Finance, vendredi dernier. En janvier, Mme Kaspar avait vu juste en prévoyant que la valeur de l’ether, qui était selon elle sous-estimée par les investisseurs, atteindrait les 3000 dollars.

480 milliards
C’était, lundi, en dollars américains, la valorisation de l’ether, faisant d’elle la cryptomonnaie avec la deuxième capitalisation en importance après celle du bitcoin.

Entre autres, l’investisseuse estime que le passage de l’ether d’une méthode de confirmation des transactions de type « preuve de travail » (PoW, aussi utilisée par Bitcoin) vers « preuve d’enjeu » (PoS) pourrait profiter à la cryptomonnaie puisque cela la rendrait beaucoup moins gourmande en énergie. « [Cela va] réduire les émissions de carbone de 99,9 %, faisant de l’Ethereum une technologie verte », a souligné Kaspar lors de son entrevue à Yahoo Finance.

Le dogecoin malmené

L’autre cryptomonnaie tendance sur les réseaux sociaux, le dogecoin, a quant à elle subi des turbulences dans les derniers jours. Créée en 2013 par Jackson Palmer et Billy Markus, en grande partie comme une critique satirique à la frénésie des cryptomonnaies, elle a vu sa valeur s’envoler en quelques mois.

Propulsée à coup de gazouillis du milliardaire Elon Musk sur Twitter, la cryptomonnaie qui s’échangeait autrefois à moins d’un cent, a dépassé les 5 cents au début de l’année avant d’atteindre un record à plus de 70 cents, au cours du week-end marqué par l’apparition du patron de Tesla lors de la très populaire émission américaine SNL (Saturday Night Live). Lundi, en fin de journée, le dogecoin retombait à 46 cents.

 

 

Lors de son passage à SNL, le multimilliardaire controversé n’a pas manqué de louer une nouvelle fois le dogecoin, quitte à envoyer des messages contradictoires. Lors d’un sketch où l’on ne cesse de lui poser la question « mais au fait c’est quoi le dogecoin ? », Elon Musk finit par répondre : « c’est un véhicule financier impossible à arrêter qui va conquérir le monde » . Et d’ajouter, enthousiaste : « en avant vers la Lune ! ». Mais en réponse à une autre question, Elon Musk a qualifié la cryptomonnaie d’« arnaque », sur le ton de la blague et en éclatant de rire.

Dimanche, au lendemain de l’émission, la société SpaceX d’Elon Musk a pourtant annoncé le lancement l’an prochain vers la Lune d’un satellite entièrement payé avec le dogecoin.

Avec l’Agence France-Presse

 

À voir en vidéo