Comment gâter sans se ruiner

Il faut se méfier des promotions alléchantes durant le temps des Fêtes, selon Isabelle Dauphin, car celles-ci peuvent mener à des achats compulsifs dont on n’a pas nécessairement besoin.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Il faut se méfier des promotions alléchantes durant le temps des Fêtes, selon Isabelle Dauphin, car celles-ci peuvent mener à des achats compulsifs dont on n’a pas nécessairement besoin.

La période des Fêtes s’accompagne souvent d’importantes dépenses, qui creusent le portefeuille des ménages à l’aube de la nouvelle année. Isabelle Dauphin, conseillère budgétaire à l’Association coopérative d’économie familiale de l’est de Montréal, livre quelques conseils pour passer au travers de cette période sans encombre financière. Propos recueillis par Clémence Pavic.

Se faire plaisir, sans excès

Il peut être tentant de se faire plaisir à l’occasion du temps des Fêtes, surtout cette année, étant donné que les derniers mois ont été particulièrement difficiles et éprouvants. De plus, certains ont eu moins d’occasions de dépenser et se rendent compte qu’il leur reste quelques économies. Noël est donc le moment idéal pour se récompenser après les privations et dépenser les économies réalisées. S’il est normal de se faire plaisir, il faut toutefois rester raisonnable et éviter les excès qui pourraient nous faire basculer dans le rouge.

Déterminer un budget

Pour éviter de s’endetter durant cette période, le meilleur conseil demeure de déterminer un budget à l’avance. Étonnamment, les dépenses du temps des Fêtes sont hautement prévisibles puisqu’elles reviennent tous les ans, mais les gens oublient généralement de planifier un budget pour cette période — pourtant, ce n’est pas un imprévu comme un dégât d’eau ou une toiture à refaire ! Même si on a fait des économies cette année, mieux vaut définir à l’avance le montant que l’on veut dépenser en cadeaux, nourriture et décorations. Et l’important, bien sûr, c’est de le respecter.

Se méfier des achats en ligne

Beaucoup de personnes se sont tournées vers le magasinage en ligne cette année. Il faut toutefois rester prudent. Cette façon de consommer est simple et rapide, mais le temps de réflexion avant l’achat est souvent plus réduit qu’en magasin. Il faut donc être très vigilant au coût total de notre panier et se poser plusieurs questions avant de confirmer une commande. Est-ce vraiment un bon prix ? Quelle est la provenance de l’article et y a-t-il des frais additionnels s’il vient d’ailleurs ? Quelles sont les modalités de remboursement et de renvoi de l’article ? Quels sont les frais de livraison ? Pour ceux qui s’y prennent à la dernière minute, il faut faire attention aux livraisons accélérées qui coûtent souvent plus cher.

Rembourser sa carte de crédit

Un autre risque associé au magasinage en ligne est de s’endetter, car la plupart des achats se font grâce à une carte de crédit. Or, si on ne la rembourse pas immédiatement, lesintérêts font augmenter la facture. En somme, il faut dépenser en fonction de l’argent qui est disponible dans notre compte et non pas selon ce que nous permet notre carte de crédit. On doit s’assurer d’être en mesure de la rembourser et on le fait le plus rapidement possible.

Faire attention aux rabais

Il faut se méfier des promotions alléchantes. Les rabais nous poussent parfois à faire des achats compulsifs dont on n’a pas nécessairement besoin. Planifier ses achats avant de magasiner permet de ne pas céder sous le coup de l’impulsion. Par ailleurs, la période des Fêtes n’est pas la seule période de l’année où l’on peut profiter de ce genre d’offres. On peut donc reporter les achats qui ne représentent pas un besoin immédiat.

La valeur d’un cadeau

Enfin, les cadeaux moins dispendieux peuvent faire tout autant plaisir aux personnes qui les reçoivent. La valeur d’un cadeau ne se mesure pas au prix sur l’étiquette. On peut en créer un soi-même ou tout simplement envoyer une carte. En cette période de distanciation, les petites attentions peuvent nous rapprocher plus qu’un objet de consommation.