Les ventes des détaillants ont «frappé un mur» en juillet

La progression de juillet était surtout alimentée par les ventes des concessionnaires de véhicules automobiles et de leurs pièces, ainsi que celles des stations-service.
Photo: Renaud Philippe Archives Le Devoir La progression de juillet était surtout alimentée par les ventes des concessionnaires de véhicules automobiles et de leurs pièces, ainsi que celles des stations-service.

Les ventes au détail au Canada ont « frappé un mur » en juillet après avoir enregistré de solides gains en mai et juin, ce qui pourrait annoncer une reprise économique lente et cahoteuse.

Après avoir enregistré des gains de plus de 20 % en mai et en juin, les ventes des détaillants ont progressé de 0,6 % en juillet pour totaliser 52,9 milliards, a indiqué vendredi Statistique Canada. La progression de juillet était surtout alimentée par les ventes des concessionnaires de véhicules automobiles et de leurs pièces, ainsi que celles des stations-service. Cependant, les ventes au détail de base, qui excluent ces deux sous-secteurs, ont retraité de 1,2 %, a précisé l’agence fédérale. Elles avaient augmenté de 10,8 % en mai et de 14,1 % en juin.

« On dirait que les ventes au détail ont frappé un mur en juillet », a observé Royce Mendes, économiste principal à la Banque CIBC. « C’est un recul assez marqué après une croissance explosive des dépenses de détail en juin. »

Les ventes ont augmenté dans six des onze sous-secteurs étudiés par l’agence fédérale.

La présidente et cheffe de la direction du Conseil canadien du commerce de détail, Diane Brisebois, a noté que les derniers chiffres témoignaient d’un ralentissement de la reprise du commerce de détail. « Les chiffres de juillet continuent de refléter les nombreux défis auxquels sont confrontés les détaillants au cours de cette pandémie », a-t-elle affirmé dans un communiqué. « Nous pouvons présumer que les chiffres de juin publiés par Statistique Canada le mois dernier comprenaient une certaine demande refoulée pour divers produits et que, par conséquent, les chiffres de juillet présentent vraiment un état plus précis de la vente au détail au Canada. »

Selon M. Mendes, la « phase de récupération » de la réouverture après le confinement de la COVID sera probablement lente et difficile, comme l’a prédit la Banque du Canada. Les restrictions en cours et la prudence des ménages entraîneront probablement un ralentissement de la croissance dans les mois à venir, a-t-il poursuivi.

À voir en vidéo