Booking.com va licencier le quart de ses effectifs

La compagnie basée à Amsterdam, qui emploie quelque 17 500 personnes à travers le monde, n’a pas donné le nombre exact de postes concernés.
Photo: Denis Charlet Archives Agence France-Presse La compagnie basée à Amsterdam, qui emploie quelque 17 500 personnes à travers le monde, n’a pas donné le nombre exact de postes concernés.

La plateforme de réservation d’hébergements en ligne Booking.com a annoncé mardi qu’elle supprimerait jusqu’à un quart de ses effectifs en raison de la pandémie de nouveau coronavirus, menant ainsi à des milliers de licenciements.

La compagnie basée à Amsterdam, qui emploie quelque 17 500 personnes à travers le monde, n’a pas donné le nombre exact de postes concernés, affirmant que des détails seraient communiqués « dans les semaines et les mois à venir ».

Elle a toutefois prévenu que « jusqu’à 25 % » des employés pouvaient être touchés par cette mesure « extrêmement difficile ».

« La crise de la COVID-19 a dévasté l’industrie du voyage, et nous continuons à en ressentir l’impact avec les volumes de voyages qui restent considérablement réduits », a déclaré Booking.com dans un communiqué envoyé à l’AFP.

« Bien que nous ayons fait beaucoup pour sauver autant d’emplois que possible, nous pensons que nous devons restructurer notre organisation pour qu’elle corresponde à nos attentes concernant l’avenir [de l’industrie] du voyage », a ajouté la compagnie.

Elle suit les traces d’autres plateformes en ligne comme Airbnb et TripAdvisor, qui ont aussi annoncé le licenciement d’environ 25 % de leurs effectifs. Fondé en 1996, Booking.com propose quelque 28 millions d’annonces sur son site, qui est disponible en 43 langues.

À voir en vidéo