80% des entreprises américaines comptent maintenir le télétravail

Une majorité des répondants ont indiqué que leur entreprise maintiendra «un certain degré» de télétravail après la crise sanitaire.
Photo: Barbara Gindl Agence France-Presse Une majorité des répondants ont indiqué que leur entreprise maintiendra «un certain degré» de télétravail après la crise sanitaire.

Une large majorité des entreprises aux États-Unis s’attendent à maintenir au moins en partie le télétravail une fois la crise sanitaire terminée, selon une enquête menée par une organisation économique, publiée lundi. « Deux répondants sur trois sont “tout à fait d’accord” ou “d’accord” pour dire que l’expérience de leur entreprise avec la pandémie de COVID-19 conduira à l’avenir à des modalités d’embauche et de travail plus flexibles dans leur entreprise », souligne l’Association nationale pour l’économie des entreprises (NABE) dans son rapport trimestriel. Plus de 80 % des répondants ont indiqué que leur entreprise maintiendra « un certain degré » de télétravail après la crise.

« Les résultats de l’enquête NABE […] montrent des changements continus dans le climat des affaires, mais avec des améliorations marquées de la plupart des indicateurs par rapport à l’enquête réalisée en avril », a résumé la présidente, Constance Hunter. Une entreprise sur trois a repris ses activités normales, mais presque autant de sociétés disent ne pas s’attendre à ce que leurs activités normales se poursuivent plus de six mois.

Le secteur de la finance, des assurances et de l’immobilier est celui dont le plus grand nombre d’entreprises ont repris une activité normale (42 %), suivi du secteur des services (35 %). Mais 29 % estiment que ce retour n’excédera pas les six mois, contre 16 % en avril.

Dans l’emploi, depuis mars, les entreprises ont principalement adopté trois mesures spéciales pour contrer les conséquences financières de la crise : gel des embauches (cité par 49 % des entreprises interrogées), licenciements (34 %) et congés sans solde (34 %). En outre, près de 20 % des entreprises ont indiqué avoir réduit les salaires au deuxième trimestre 2020, contre zéro au dernier trimestre de l’an dernier.

Enfin, les marges bénéficiaires des entreprises se sont améliorées au deuxième trimestre, mais elles demeurent à un niveau « historiquement » bas.

À voir en vidéo