Le chômage repart à la hausse aux États-Unis

C’est la première fois que le chômage est en hausse sur une semaine depuis qu’il avait entamé sa lente décrue début avril.
Photo: Spencer Platt Getty Images/AFP C’est la première fois que le chômage est en hausse sur une semaine depuis qu’il avait entamé sa lente décrue début avril.

La flambée des contaminations aux États-Unis a fait grimper le chômage pour la première fois depuis fin mars, là où le Congrès tente de trouver un terrain d’entente pour prolonger une aide cruciale pour les chômeurs, qui va s’arrêter dans une semaine.

Un peu plus de 1,4 million de nouvelles demandes de chômage ont été déposées entre le 12 et le 18 juillet, contre 1,31 million la semaine précédente. C’est la première fois que le chômage est en hausse sur une semaine depuis qu’il avait entamé sa lente décrue début avril. La dernière semaine de mars avait enregistré un record historique, avec 6,6 millions de personnes qui avaient pointé au chômage en une semaine.

Le nombre total d’Américains inscrits au chômage est d’un peu moins de 16,2 millions de personnes. Si l’on ajoute l’ensemble des personnes ayant vu leurs revenus chuter ou leur activité non salariée cesser, ils sont près de 32 millions.

Pour les chômeurs, l’arrivée du mois d’août marque la fin d’une aide cruciale qui leur avait été accordée depuis avril, dans le cadre du gigantesque plan de relance américain mis en œuvre par le gouvernement Trump et le Congrès face à la pandémie. Ils touchaient 600 $US de plus par semaine, ce qui leur permettait souvent d’avoir des revenus supérieurs à leur ancien salaire. Le montant du chômage, qui dépend de chaque État, est normalement compris entre 235 et 823 $US par semaine et est versé pendant une période de trois à six mois.

Cette aide a permis à des millions de foyers de ne pas tomber dans la pauvreté. Mais pour ses opposants, elle est un frein au retour au travail. La prolonger est « une priorité » pour le gouvernement Trump, a assuré jeudi le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, interrogé sur la chaîne CNBC. En revanche, exit la généreuse somme aujourd’hui versée : le montant devrait passer début août à « environ 70 % » du salaire touché avant le chômage : « Nous n’allons pas payer plus pour rester à la maison que pour travailler », a-t-il déclaré.

Mais l’opposition démocrate veut, elle, que la mesure soit prolongée en l’état « au moins jusqu’à l’année prochaine », selon CNBC.