La crise fait réfléchir Groupe TVA

Les formes de plateau et de téléséries vont probablement être les plus complexes pour les prochaines saisons. Ici, une scène de l’émission «Alerte Amber» avec Frédéric Pierre, Sophie Prégent et Mylène St-Sauveur, août 2019.
Photo: TVA Les formes de plateau et de téléséries vont probablement être les plus complexes pour les prochaines saisons. Ici, une scène de l’émission «Alerte Amber» avec Frédéric Pierre, Sophie Prégent et Mylène St-Sauveur, août 2019.

Comme c’est le cas pour de nombreuses entreprises, la COVID-19 risque d’influencer négativement les résultats financiers de Groupe TVA, qui évalue également l’impact qu’aura, à plus long terme, la pandémie sur le contenu de sa programmation au petit écran.

Sa présidente et cheffe de la direction, France Lauzière, a estimé mardi que le niveau de contenu original devrait être « assez intéressant », même s’il est difficile à ce moment-ci de s’avancer sur ce qui sera présenté à l’automne. « L’information, c’est dans la continuité, a-t-elle expliqué au cours d’une conférence téléphonique en marge de l’assemblée annuelle. C’est probablement dans la forme [d’émissions de variétés] qu’il va y avoir une reprise. Les formes de plateau et de séries [télévisées] vont probablement être les plus complexes. Ce n’est pas impossible, mais pour l’instant, il y a beaucoup de réflexion. »

Mme Lauzière a expliqué que Groupe TVA avait rapidement été en mesure de s’adapter malgré les nombreuses restrictions visant à limiter la propagation du nouveau coronavirus. Si l’entreprise a décrété une pause pour des émissions comme La voix et des productions comme le Gala Artis, elle a pu offrir des émissions comme Ça va bien aller et Une chance qu’on s’a.

 

Au sein de la filiale de Québecor Média, la pandémie a eu des répercussions sur les revenus publicitaires, a privé sa chaîne sportive TVA Sports d’événements sportifs, a entraîné une réduction de mise en marché de certaines publications et a mis en arrêt la plupart des activités de production de contenu chez MELS. De plus, à la fin de mars, quelque 480 personnes avaient été mises à pied temporairement à Groupe TVA, dans le cadre d’une réduction de l’effectif ayant été décrétée chez Québecor. « Les résultats du premier trimestre ont été positifs et l’impact de la crise s’est fait sentir dans le deuxième trimestre, a dit Mme Lauzière. Nous nous attendons à des impacts prononcés au cours des prochains mois. »

Pour la période de trois mois terminée le 31 mars, Groupe TVA a affiché une perte nette de 723 000 $, ou 2 ¢ par action, après avoir perdu 6,7 millions à la même période l’an dernier. Ses revenus ont grimpé de 2,2 %, à 137,1 millions, malgré des baisses de 6 % et de 10 % enregistrées par le réseau TVA et TVA Sports. Son bénéfice d’exploitation ajusté a toutefois plus que doublé, à 8,5 millions, essentiellement grâce à l’apport de certaines chaînes spécialisées.

Rien n’a été annulé chez MELS du côté de la production, a expliqué Mme Lauzière, estimant qu’il y avait une « volonté certaine » de relancer des productions comme la nouvelle version du film Maman, j’ai raté l’avion ainsi que du long métrage Moonfall du réalisateur Roland Emmerich.

TVA Sports

Au cours de l’assemblée annuelle, qui se déroulait de manière virtuelle, un actionnaire a demandé à la direction de Groupe TVA ce qu’elle entendait mettre en avant pour « réduire » ou « éliminer » les déficits de sa chaîne sportive. Pour l’entreprise, cela passe essentiellement par l’obtention de redevances illustrant la « juste valeur marchande » de TVA Sports. Des négociations sont toujours en cours avec BCE dans ce dossier. En janvier, Bell a également fait appel d’une décision du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) lui ordonnant de réserver à TVA Sports un traitement équitable par rapport à celui de sa propre chaîne sportive, RDS, en l’offrant dans son forfait « Bon ».

« La rentabilité de TVA Sports ou l’amélioration [de ses finances] va passer par ses revenus d’abonnement », a expliqué la cheffe de la direction financière de Groupe TVA, Anick Dubois, en réponse à la question de l’actionnaire. Selon les plus récentes données du CRTC, TVA Sports a affiché une perte avant impôts de 22 millions en 2018. Depuis 2014, les déficits cumulés totalisent plus de 134 millions.

À voir en vidéo