Air Canada encaisse le coup

Air Canada a dégagé en 2019 des revenus records de 19,1 milliards, en hausse de 6% par rapport à 2018.
Photo: Getty Images Air Canada a dégagé en 2019 des revenus records de 19,1 milliards, en hausse de 6% par rapport à 2018.

Boeing 737 MAX cloués au sol, suspension des vols vers la Chine continentale, ratés dans l’implantation d’un nouveau système de gestion des passagers… Air Canada a su tirer son épingle du jeu dans un « contexte opérationnel extrêmement épineux ».

Air Canada a dégagé en 2019 des revenus records de 19,1 milliards, en hausse de 6 % par rapport à 2018. Pour sa part, le bénéfice d’exploitation est passé de 1,5 milliard à 1,65 milliard, soit une progression de 10 %. Les résultats de 2019 consolident toutefois l’apport d’Aéroplan, acquis le 10 janvier. Le bénéfice net ajusté de l’exercice s’établit à 917 millions, ou à 3,37 $ par action, contre 738 millions ou 2,67 $ l’action en 2018.

Ces résultats ont été obtenus au cours d’un exercice ayant été dominé par l’interdiction de vol, en mars, visant les Boeing 737 MAX, touchant environ le quart de la flotte des monocouloirs d’Air Canada. Il en a résulté une réduction de la capacité — l’augmentation des sièges-milles offerts (SMO) n’ayant été que de 1,8 % contre une croissance prévue de 4,8 % — en partie compensée par une augmentation du rendement unitaire imputable à « l’amélioration globale du contexte tarifaire », peut-on lire dans le communiqué d’Air Canada. S’ajoutent toutefois à la facture l’accroissement des coûts liés aux appareils de remplacement, le maintien des charges d’exploitation courantes et les charges salariales liées aux pilotes, qui continuaient d’être engagées à l’égard des appareils 737 MAX, énumère le transporteur. Résultat : les charges d’exploitation par SMO ajustées ont bondi de 6,1 %. Si Air Canada avait exploité les 36 appareils 737 MAX comme cela était initialement prévu en 2019, ces charges auraient augmenté d’environ 2,5 % par rapport à 2018, estime l’entreprise.

L’effet de cette paralysie sera particulièrement ressenti au premier trimestre 2020. Air Canada évoque une augmentation des charges de maintenance de 150 millions par rapport au trimestre correspondant de 2019, et un recul de 200 millions du bénéfice d’exploitation.

Le transporteur négocie présentement avec Boeing les modalités d’indemnisation. Un règlement initial a été versé, dont le montant n’a pas été précisé. Le dédommagement définitif devrait être comptabilisé sous forme d’ajustement au prix d’achat des livraisons futures.

Se sont greffées aux obstacles rencontrés « l’incidence négative ponctuelle sur le chiffre d’affaires » découlant de la difficile migration à la mi-novembre vers un nouveau système de gestion des passagers, puis l’éclosion de l’épidémie du virus COVID-19, qui a forcé l’interruption des services à destination de la Chine continentale et de Hong Kong. Air Canada prévoit que ces liaisons auront repris pleinement d’ici le troisième trimestre de 2020 et que la remise en service du 737 MAX s’effectuera graduellement à compter de la fin du troisième trimestre.