Chantier Davie entre dans la cour des grands

Longtemps exclu du portrait, le Chantier Davie avait appris en novembre qu’il pourrait avoir une part du gâteau.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Longtemps exclu du portrait, le Chantier Davie avait appris en novembre qu’il pourrait avoir une part du gâteau.

Ottawa s’apprêterait à accorder au Chantier Davie le tiers d’un premier contrat de travaux d’entretien de frégates de 1,5 milliard. La décision, rapportée lundi par des médias, signalerait, par le fait même, l’intention du gouvernement fédéral d’intégrer le chantier maritime de Lévis, aux côtés de ceux d’Halifax et de Vancouver, dans sa prochaine et beaucoup plus lucrative Stratégie nationale de construction navale.

Le Globe and Mail a rapporté la nouvelle sur son site Internet en début de soirée lundi, citant des sources gouvernementales anonymes. Ce premier contrat d’entretien devrait être annoncé par le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement, lors d’une conférence de presse prévue ce mardi vers midi au Chantier Davie. Il s’agira du tiers d’un premier contrat d’entretien de ses 12 frégates de 1,5 milliard que le chantier de Lévis se partagerait à parts égales avec les chantiers Irving à Halifax et de Seaspan à Vancouver.

Un porte-parole du Chantier Davie a confirmé à Radio-Canada lundi soir qu’un contrat allait être annoncé par le ministre Duclos mardi, sans toutefois donner plus de détail. « Le travail de l’entretien des frégates, ce sera sur un horizon de 10 ans », a expliqué son vice-président, Frédérik Boisvert.

Les chantiers Irving à Halifax et Seaspan à Vancouver savaient déjà qu’ils obtiendraient une part des contrats d’entretien qui devraient totaliser environ 7 milliards sur 20 ans. Longtemps exclu du portrait, le Chantier Davie avait appris en novembre qu’il pourrait avoir une part du gâteau, sans toutefois savoir dans quelle proportion. Selon les sources du Globe and Mail, le gouvernement fédéral fera toutefois clairement savoir mardi que le chantier de la région de Québec pourra compter jusqu’à la fin sur le tiers des contrats.

Contrat de 26 à 60 milliards

Mais, plus important encore, poursuit le Globe and Mail, le gouvernement fédéral devrait confirmer, au cours des prochaines semaines, que le Chantier Davie sera fait partenaire à part entière, aux côtés des deux autres, dans sa future Stratégie nationale de construction navale après des années de vaches maigres et de pressions intenses auprès d’Ottawa. Il est question de la construction d’une quinzaine de navires de combat dont l’estimation des coûts est allée jusqu’à présent de 26 à 60 milliards.

Le vice-président de Davie, Frédérik Boisvert, ne veut pas savoir si l’approche des élections fédérales a pesé sur le moment de l’annonce de ces contrats. Il préfère y voir une marque de confiance du gouvernement qui permettra de bâtir « un avenir beaucoup plus solide », a-t-il déclaré à Radio-Canada. « On assiste à un retour à la normale. Chantier Davie a toujours fait partie du paysage fédéral, du paysage canadien en ce qui a trait à la construction navale, c’était une anomalie tout ça. »

Encore de 1600 travailleurs au moment de la transformation du navire ravitailleur l’Artérix en 2017, les effectifs du chantier de Lévis ne sont plus que de 500 travailleurs aujourd’hui.