Wall Street aidée par les négociations entre Pékin et Washington

La Bourse s’est un peu plus raffermie lundi après la reprise de discussions commerciales bilatérales entre la Chine et les États-Unis.
Photo: Drew Angerer Getty Images / AFP La Bourse s’est un peu plus raffermie lundi après la reprise de discussions commerciales bilatérales entre la Chine et les États-Unis.

La Bourse de New York a terminé en nette hausse lundi, poursuivant son rebond grâce notamment à l’espoir de voir s’apaiser les tensions commerciales entre Pékin et Washington.

Le Dow Jones a gagné 0,4 % pour terminer à 23 531,35 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s’est apprécié de 1,3 % pour finir à 6823,47 points. L’indice élargi S P 500 a progressé de 0,7 % à 2549,69 points.

« C’est comme si les investisseurs tentaient de compenser l’état d’esprit très négatif qui a prévalu ces dernières semaines, a estimé Jack Ablin de Cresset Wealth Advisors. Si on continue à rebondir de la sorte jusqu’à la saison des résultats, cette dernière pourrait apporter de bonnes surprises. » La Bourse avait déjà entamé un net rebond vendredi dans le sillage de propos du président de la Banque centrale américaine, Jerome Powell, sur le taux d’intérêt, propos jugés très accommodants par les acteurs du marché. Elle s’est un peu plus raffermie lundi après la reprise de discussions commerciales bilatérales entre la Chine et les États-Unis.

L’optimisme ambiant a profité au géant de la distribution sur Internet Amazon qui, en progressant de 3,4 %, est devenu l’entreprise la plus chère à la Bourse de New York (797 milliards de dollars), devant Microsoft (784 milliards), Alphabet (746 milliards) — la maison mère de Google —, et Apple (702 milliards).

À Toronto, l’indice composé S&P/TSX a pris 77,51 points pour terminer avec 14 504,13 points. Le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 75,11 ¢ US, comparé à son cours moyen de 74,57 ¢ US vendredi. À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a pris 56 ¢ US à 48,52 $US le baril.

Avec La Presse canadienne