Les machines effectueront la moitié des tâches d’ici 2025, selon le Forum économique mondial

Le rapport «Future of Jobs 2018» est basé sur une enquête menée auprès de dirigeants représentant 15 millions de salariés dans 20 pays.
Photo: Agence France-Presse Le rapport «Future of Jobs 2018» est basé sur une enquête menée auprès de dirigeants représentant 15 millions de salariés dans 20 pays.

Les machines effectueront plus de la moitié des tâches sur le lieu de travail d’ici 2025, prédisent les organisateurs du forum économique de Davos dans un rapport publié lundi qui souligne la rapidité avec laquelle le marché du travail changera dans les années à venir.

Le Forum économique mondial (FEM) explique que les machines seront responsables de 52 % de la répartition du travail (en pourcentage du nombre d’heures) d’ici sept ans, contre 29 % aujourd’hui. Selon le rapport, en 2022, environ 75 millions d’emplois dans le monde seront perdus, mais cela pourrait être plus que compensé par la création de 133 millions de nouveaux emplois. Un défi majeur consistera toutefois à former et à recycler les employés pour ce nouveau monde du travail.

« D’ici 2025, la majorité des tâches existantes sur le lieu de travail seront effectuées par des machines ou des algorithmes. Parallèlement, un plus grand nombre de nouveaux emplois seront créés, a déclaré Saadia Zahidi, un membre du conseil d’administration de WEF. Nos recherches indiquent que ni les entreprises ni les gouvernements n’ont bien compris l’ampleur de ce défi majeur de la quatrième révolution industrielle. »

Le rapport « Future of Jobs 2018 », le deuxième du genre, est basé sur une enquête menée auprès de dirigeants représentant 15 millions de salariés dans 20 pays. Les auteurs affirment que les perspectives de création d’emplois sont devenues plus positives depuis le dernier rapport en 2016, car les entreprises ont une meilleure idée des possibilités offertes par la technologie.

D’ici 2025, la majorité des tâches existantes sur le lieu de travail seront effectuées par des machines ou des algorithmes

 

Le FEM affirme que les défis pour les employeurs comprennent la possibilité de travailler à distance, la mise en place des filets de sécurité pour protéger les travailleurs et l’offre de nouvelles formations aux employés. Cependant, le rapport révèle que seulement un participant sur trois envisageait de former les travailleurs menacés.

Malgré une croissance nette de l’emploi, le FEM prévoit un « changement significatif de la qualité, de l’emplacement, du format et de la permanence des nouveaux rôles. Les entreprises doivent recourir à des entrepreneurs pour des tâches spécialisées, engager des travailleurs plus flexibles, et changer de lieu pour avoir accès au bon talent ».

Selon le rapport, près de la moitié des entreprises s’attendent à ce que leurs effectifs à plein temps diminuent d’ici à 2022, alors que près de deux entreprises sur cinq s’attendent à une augmentation de leurs effectifs. Plus d’un quart croit que l’automatisation créera de nouveaux rôles dans leurs rangs.

La puissante association syndicale allemande DGB a mis en garde contre un changement trop rapide du monde du travail. « Les gens, qu’ils soient travailleurs ou consommateurs, n’accepteront et ne toléreront les conséquences que si la technologie est à leur service, et non eux qui sont au service de la technologie », a dit Reiner Hoffmann au quotidien Welt en réaction au rapport.