Hydro-Québec veut exporter son électricité au Connecticut

Si le Connecticut retenait sa proposition, la société d’État mettrait la main sur un autre contrat d’approvisionnement à long terme, après celui décroché au Massachusetts.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Si le Connecticut retenait sa proposition, la société d’État mettrait la main sur un autre contrat d’approvisionnement à long terme, après celui décroché au Massachusetts.

Hydro-Québec tente une nouvelle fois sa chance aux États-Unis afin d’exporter ses surplus d’électricité. Après avoir signé une entente majeure avec le Massachusetts, la société d’État a participé vendredi à l’appel de propositions lancé par l’État du Connecticut dans l’espoir de décrocher un autre contrat d’approvisionnement à long terme.

Le Connecticut a lancé un appel de propositions pour un approvisionnement d’environ 3 térawattheures (TWh) d’énergie propre par année pendant 10 ans. Hydro-Québec propose d’acheminer son hydroélectricité grâce à son réseau actuel et à la Vermont Green Line, une nouvelle ligne de transport proposée en sol américain par une filiale de l’entreprise National Grid.

« Il n’y a aucune nouvelle construction prévue au Québec », souligne la porte-parole d’Hydro-Québec Lynn St-Laurent.

Le Connecticut procédera à la sélection de la proposition retenue à la fin de l’année 2018 ou au début de 2019, en vue d’une livraison d’électricité pouvant débuter entre juillet 2020 et décembre 2026. La Vermont Green Line devrait entrer en service en décembre 2023.

« Toujours à l’affût »

Si le Connecticut retenait sa proposition, la société d’État mettrait la main sur un autre contrat d’approvisionnement à long terme, après celui décroché au Massachusetts.

Une entente a été conclue en juin dernier entre les distributeurs d’énergie de cet État américain, Hydro-Québec et son partenaire Central Maine Power, le promoteur de la ligne de transmission New England Clean Energy Connect. Si cette entente d’approvisionnement de 9,45 TWh sur 20 ans se concrétise, elle constituera le plus important contrat d’exportation de l’histoire d’Hydro-Québec.

L’appel de propositions du Connecticut est plus modeste, mais il correspond aux objectifs d’Hydro-Québec, affirme Mme St-Laurent.

« Ça fait partie de notre plan stratégique d’augmenter nos exportations. […] Nous sommes toujours à l’affût, on surveille chaque opportunité », dit-elle, en précisant que la société d’État n’a pas d’objectifs définis en ce qui concerne la quantité d’énergie qu’elle souhaite exporter.

Dans son plan stratégique 2016-2020, Hydro-Québec estime que les nouvelles occasions d’exporter son électricité pourraient lui permettre d’accroître son bénéfice net de 300 millions de dollars en 2030.