Profits en montagnes russes pour les grandes banques américaines

Les profits du plus important prêteur hypothécaire aux États-Unis sont en baisse.
Photo: Matt Rourke Associated Press Les profits du plus important prêteur hypothécaire aux États-Unis sont en baisse.

Wall Street a terminé en hausse vendredi, parvenant à se hisser dans le vert malgré un recul marqué des valeurs financières dans le sillage de résultats mitigés des trois grandes banques du pays: JPMorgan Chase, Citigroup et Wells Fargo.

Selon les résultats définitifs à la clôture, l’indice vedette Dow Jones a avancé de 0,4 % à 25 019,41 points, au-dessus de la barre symbolique des 25 000 points pour la première fois depuis la mi-juin. L’indice élargi S P 500 a progressé de 0,1 % à 2801,31 points. Sur la semaine, le Dow Jones a pris 2,3 % et le S P 500, 1,5 %.

À l’occasion du lancement officieux de la saison des résultats vendredi, trois des plus grandes banques américaines ont annoncé des résultats contrastés pour le deuxième trimestre : très bons pour JPMorgan Chase, plus mitigés pour Citigroup et franchement mauvais pour Wells Fargo.

JP Morgan Chase a dépassé les attentes des analystes en voyant son bénéfice grimper de 18 % par rapport au deuxième trimestre de l’an dernier. La banque américaine continue de profiter de taux d’intérêt plus élevés et d’une facture fiscale indulgente grâce à la réforme adoptée l’an dernier par le gouvernement de Donald Trump. Selon les résultats publiés vendredi, JPM a affiché un profit de 8,32 milliards $US, ou de 2,29 $US par action.

Pour sa part, le bénéfice de la banque Citigroup s’est élevé à 4,49 milliards au second trimestre, contre 3,87 milliards pour la même période l’an dernier. La banque établie à New York a témoigné vendredi d’un bénéfice ajusté de 1,62 $US par action.

Mais celui de Wells Fargo a reculé à 5,19 milliards au deuxième trimestre, contre 5,86 milliards pour la même période l’an dernier. La banque établie à San Francisco a témoigné vendredi d’un bénéfice ajusté de 1,08 $US par action, soit en deçà des attentes. Le plus grand prêteur hypothécaire aux États-Unis a fait état d’une charge fiscale de 481 millions principalement attribuable à la récente décision de la Cour suprême d’élargir la possibilité pour les États américains d’imposer une taxe de vente sur les transactions en ligne.

Ces résultats ont eu pour effet de faire reculer les trois banques à Wall Street, JPMorgan Chase perdant 0,5 %, Citigroup, 2,2 % et Wells Fargo, 1,2 %. Pour JPMorgan Chase, « c’est un peu surprenant, les chiffres sont très bons », a constaté Jack Ablin de Cresset Wealth Advisors. « Les investisseurs regardent peut-être les résultats [des banques] dans leur ensemble. Le secteur ne progresse pas aussi vite qu’ils l’espéraient et n’est peut-être finalement pas aussi robuste qu’il le semblait quand JPMorgan a annoncé ses résultats en premier. »