ABI à Bécancour: les Métallos rejettent l’offre définitive

Les 1030 travailleurs de l’aluminerie ABI à Bécancour ont rejeté à plus de 80 % les offres définitives de l’employeur. Et ce rejet a été prononcé alors que les syndiqués se sont déjà dotés d’un mandat de grève, dans une proportion de 97 %. Mais au cours d’une entrevue, mercredi, le président de la section locale 9700 du Syndicat des Métallos, affilié à la FTQ, Clément Masse, a indiqué qu’il n’avait pas encore l’intention d’exercer ce mandat de grève. Il espère plutôt convaincre l’employeur de revenir à la table de négociation. L’aluminerie ABI est la propriété d’Alcoa et de Rio Tinto. L’un des enjeux de cette négociation est la modification du régime de retraite à prestations déterminées. Dans son offre définitive, l’employeur a toutefois déjà fait un bout de chemin et a apporté certaines améliorations à son offre de départ. Il n’y aurait notamment plus de régime distinct pour les employés embauchés après une date donnée, mais l’instauration d’un nouveau régime, sans distinction selon la date d’embauche. La question du respect de l’ancienneté dans les mouvements de main-d’oeuvre est aussi en litige.