Le Québec reste au 21e rang parmi les pays de l’OCDE

Le Québec surpasse l’Espagne, la Pologne et le Mexique, mais il est devancé par des pays comme le Japon, la France et l’Allemagne.
Photo: Getty Images Le Québec surpasse l’Espagne, la Pologne et le Mexique, mais il est devancé par des pays comme le Japon, la France et l’Allemagne.

Le Québec occupe le 21e rang parmi les pays de l’OCDE et le 33e échelon mondial en ce qui concerne le produit intérieur brut (PIB) par habitant, indiquent les données de 2016 publiées mardi par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ).

L’an dernier, le PIB par habitant, calculé en dollars américains et en parité de pouvoir d’achat, s’est élevé à 37 888 $US au Québec, ce qui a permis à la province de conserver le 21e rang qu’elle occupait en 2015 par rapport aux 35 pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

37 888 $US
PIB par habitant calculé en dollars américains et en parité de pouvoir d’achat l’an dernier

Le Canada dans son ensemble fait meilleure figure, avec 44 946 $US, ce qui lui vaut le 14e rang. Le Québec surpasse l’Espagne (36 144 $US), la Pologne (27 567 $US) et le Mexique (18 555 $), mais il est devancé par des pays comme le Japon (41 687 $US), la France (41 930 $US) et l’Allemagne (49 077 $US).

Le haut du classement est occupé dans l’ordre par le Luxembourg, l’Irlande, la Suisse, la Norvège et les États-Unis.

À l’échelle de la planète, le Québec se classe au 33e rang, non loin derrière le Canada, qui occupe la 24e position. Le Qatar, Macao, le Luxembourg et Singapour arrivent en tête de liste.
 

 

Tenir compte du coût de la vie

Le PIB par habitant permet d’évaluer le niveau d’activité économique et, dans une certaine mesure, le niveau de vie de la population. Les données présentées par l’ISQ sont calculées en appliquant le taux de conversion qu’on appelle la parité de pouvoir d’achat, ce qui permet de comparer des pays en tenant compte du coût de la vie, qui peut varier selon les endroits.

Le calcul est imparfait, puisqu’il n’existe pas d’indicateur de parité de pouvoir d’achat propre au Québec. Les données québécoises s’appuient donc sur le taux de conversion de l’ensemble du Canada.

Indicateur stable

Entre 2007 et 2016, le Québec a oscillé entre la 19e et la 21e position parmi les pays de l’OCDE, et entre le 30e et le 33e rang mondial pour ce qui est de son PIB par habitant.

Cette performance relativement stable ne surprend pas l’économiste de l’ISQ Jean-Pierre Barrette. « Le PIB par habitant est une donnée plutôt structurelle. Ça ne bouge pas beaucoup, même si on a l’impression que ça peut fluctuer d’une année à l’autre, explique-t-il. Le PIB d’un pays dépend de décennies d’évolution et de structuration de l’économie. »

Les changements soudains dans le classement surviennent généralement à la suite de crises économiques, qu’elles soient mondiales ou limitées à certains pays, note M. Barrette.

Queue de peloton au Canada

Dans son bilan 2016, le Centre sur la productivité et la prospérité de HEC Montréal a par ailleurs mis en évidence le fait que le Québec était devancé par toutes les provinces canadiennes en ce qui concerne le PIB par habitant en 2015, à l’exception du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard. Ce classement ne tient cependant pas compte du coût de la vie pouvant différer d’une province à l’autre.

En 2015, le revenu disponible des Québécois, en tenant compte des impôts payés et des transferts reçus, s’établissait à 26 857 $. La province occupait ainsi le dernier rang parmi les provinces canadiennes.

La bonne performance du marché de l’emploi québécois pourrait cependant changer la donne en 2016, a noté l’ISQ au début de l’année.

4 commentaires
  • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 9 août 2017 11 h 42

    Recul relatif

    En 2006, le PIB du Québec s'élevait à 230,6 milliards de $ US, soit 19,7 % du PIB canadien. En 2006, Sur le plan de la superficie de son territoire (1 667 441 km2), le Québec souverain se placerait au 18e rang dans le monde et, en regard de la population (7 651 531 habitants), il se situerait au 94e rang. Dans le même peloton que plusieurs pays européens de taille comparable (Norvège, Danemark, Suède, Suisse, Irlande, etc.).

    En 2016, avec un PIB de 37 888 $US, Le Québec occupe le 21e rang parmi les pays de l’OCDE et le 33e échelon mondial en ce qui concerne le produit intérieur brut (PIB) par habitant, indiquent les données de 2016.

    L'État du Québec se situe ainsi au 33e rang dans monde quant à son produit intérieur brut (PIB), derrière le Qatar, le Luxembourg, et Singapour et la France, mais devant l'Italie et l'Espagne. Il y a donc un recul de la position du Québec dans le monde.


    Le Québec n’est pas un petit pays, mais il est grand temps d’avoir le plein contrôle de nos impôts, et de sortir de l'histoire séculaire d'un Québec rapetissé par les politiciens fédéraux.

    Les souverainistes québécois veulent construire le Québec de demain. On n'est pas né pour un petit pain, on est capable. Malgré les entraves d'Ottawa, nous avons réussi à nous imposer dans plusieurs domaines dans le monde. Il est temps que le Québec soit le maître de son avenir. Nous avons pleinement le droit d'être ce que nous sommes Il faut faire la souveraineté du Québec.

    Le Québec est capable de s’occuper de ses affaires. Vivement sortir le Canada du Québec! (sic)

    Vive la République du Québec !

  • Mario Jodoin - Abonné 9 août 2017 15 h 27

    Comparaisons douteuses...

    Le PIB par habitant montre ses limites quand on réalise qu'il est trois ou quatre fois plus élevé au Qatar qu'ici. Pourtant, ça ne me tente pas d'y déménager!

    «Les données québécoises s’appuient donc sur le taux de conversion de l’ensemble du Canada.»

    Comme si les prix du logement, de l'assurance-auto et de l'électricité (et bien d'autres) étaient les mêmes.

    «En 2015, le revenu disponible des Québécois, en tenant compte des impôts payés et des transferts reçus, s’établissait à 26 857 $.»

    Mais, en ne tenant pas compte des services publics plus étendus au Québec, comme pour l'assurance-médicament, les services de garde, les droits de scolarité et j'en passe.

    Bref, on compare pour comparer, mais sans que ce qu'on compare soit comparable...

    • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 10 août 2017 11 h 15

      Le journaliste Karl Rettino-Parazelli aurait dû mentionner les points que vous mentionnez: services publics plus étendus au Québec, comme pour l'assurance-médicament, les services de garde quasi-gratuits , les droits de scolarité très faibles, frais de logement inférieurs, frais d'électricité faibles.

      Le journaliste compare des pommes avec des oranges. Pas très professionnel.

  • Raymond Labelle - Abonné 9 août 2017 22 h 55

    Ce classement ne tient pas compte...

    ...du coût de la vie, comme le mentionne l'article

    ...des services et prestations reçues par l'État.

    Entre autres.

    Par exemple, les frais de garderie d'un résident.e d'un.e résident.e de l'Ontario par rapport au Québec, frais de logement à Toronto, frais d'électricité.