Air France renforce son réseau d’alliances

Le nouvel accord permet à Air France et à ses partenaires de s’adjuger 27 % des capacités du marché nord-atlantique devant les partenariats rivaux.
Photo: Jacques Brinon Archives Associated Press Le nouvel accord permet à Air France et à ses partenaires de s’adjuger 27 % des capacités du marché nord-atlantique devant les partenariats rivaux.

Big bang capitalistique et stratégique dans le monde aérien. Air France-KLM a annoncé jeudi un renforcement de son réseau d’alliances, qui va se traduire par l’entrée des compagnies Delta Air Lines et China Eastern à son capital, ainsi que par une prise de participation du groupe aérien franco-néerlandais dans celui de Virgin Atlantic.

Ce renforcement marque une nouvelle forme de consolidation du secteur. Il va permettre à Air France-KLM de muscler son activité sur le très lucratif segment transatlantique et d’approfondir ses relations avec une compagnie chinoise pour se renforcer sur l’un des marchés aériens les plus dynamiques du monde, retient l’agence Reuters.

Delta et China Eastern prendront chacune 10 % du capital d’Air France-KLM pour un montant total de 751 millions d’euros. Elles seront représentées au conseil d’administration. Elles se sont engagées à ne pas dépasser le seuil de 10 % du capital pendant cinq ans et à ne pas céder leur participation à une autre compagnie aérienne sans l’accord du conseil d’Air France-KLM. Ce projet ramènera la participation de l’État français à 14 % dans Air France-KLM, contre 17,6 % actuellement.

Dans un deuxième temps, le groupe franco-néerlandais achètera à Virgin Group 31 % du capital de la compagnie britannique Virgin Atlantic pour un montant de 220 millions de livres sterling (environ 359 millions $CAN). Air France-KLM deviendra ainsi le deuxième actionnaire de Virgin Atlantic après Delta, qui détient une part de 49 %.

Quant au renforcement sur le marché transatlantique, Air France-KLM, Delta Air Lines et Virgin Atlantic vont regrouper les coentreprises existantes entre Air France-KLM, Delta et Alitalia d’une part, et Delta et Virgin Atlantic d’autre part. « Cette réunion des deux coentreprises permettra d’optimiser la commercialisation des vols sur le marché transatlantique et de renforcer le poids d’Air France-KLM au Royaume-Uni, point de liaison stratégique avec les États-Unis », a expliqué le directeur financier du groupe à des journalistes.

Douze grandes plaques tournantes

Le nouvel accord permet aux partenaires de s’adjuger 27 % des capacités du marché nord-atlantique devant les partenariats rivaux, dont celui de l’Alliance Star (Air Canada), selon les données de Flightglobal Schedules, souligne Reuters. « Cela leur donne la capacité de gérer les capacités et les tarifs de manière élargie sur l’Atlantique, à condition qu’ils obtiennent l’accord des autorités de concurrence », estime Robert Mann, analyste chez R.W. Mann Co.

Air France-KLM pourra ainsi s’appuyer sur un réseau de 12 grandes plaques tournantes des deux côtés de l’Atlantique : Amsterdam, Atlanta, Boston, Cincinnati, Detroit, Los Angeles, Londres Heathrow, Minneapolis-St Paul, New York-JFK, Paris-CDG, Salt Lake City et Seattle.

Le renforcement de l’alliance avec China Eastern, dont Delta détient 3,2 %, permettra par ailleurs à Air France-KLM de se renforcer en particulier sur Shanghai, principale destination d’affaires en Chine, sans pour autant remettre en cause son alliance avec une autre des trois grandes compagnies du pays, China Southern. Le groupe, avec son partenaire chinois, vise la clientèle affaires, la plus rémunératrice pour les compagnies.

En novembre 2016, à l’occasion de la présentation de son plan stratégique Trust Together, Jean-Marc Janaillac, le p.-d.g. d’Air France-KLM, avait annoncé que le groupe franco-néerlandais allait « reprendre l’offensive ». Il a tenu parole. Ce partenariat sur l’Atlantique Nord est une machine à cash avec un chiffre d’affaires annuel de plus de 10 milliards d’euros, peut-on lire dans le quotidien Le Monde.