Les Chinois en font leur affaire

En Afrique du Sud, au soleil couchant, des enfants jouent au soccer sur un terrain vague. L’Afrique, qui jouit d’un ensoleillement extraordinaire, doit s’affranchir du pétrole et miser davantage sur l’énergie solaire, plaide le ministre de l’Environnement du Burkina Faso.
Photo: Rebecca Blackwell Agence France-Presse En Afrique du Sud, au soleil couchant, des enfants jouent au soccer sur un terrain vague. L’Afrique, qui jouit d’un ensoleillement extraordinaire, doit s’affranchir du pétrole et miser davantage sur l’énergie solaire, plaide le ministre de l’Environnement du Burkina Faso.

Salifou Ouedraogo se veut pragmatique. Le ministre de l’environnement et du développement durable du Burkina Faso considère les énergies renouvelables comme sa bataille. Dans les travées de la première Assemblée des Nations unies pour l’environnement, qui s’est tenue à Nairobi du 23 au 27 juin, il monte au front. « Nous dépendons encore du pétrole, nous l’importons, cela nous coûte cher, alors que, dans les pays sahéliens, nous bénéficions de 350 jours de soleil. Nous devons aller vers le solaire, ce qui évitera aussi la pression sur les forêts. Mais les besoins sont énormes, et cela nous coûtera des milliards : nous avons besoin d’aide », explique-t-il.

 

Pour répondre à cette demande croissante, les volontés et les propositions ne manquent pas. Chinois, Indiens, Brésiliens rivalisent avec les Occidentaux. Un rapport du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), présenté à l’occasion de cette conférence, qui a réuni quelque 1200 délégués représentant des gouvernements des 193 pays adhérents, résume la situation. Alors qu’en 2004 le commerce mondial sur les énergies renouvelables (incluant le solaire) se caractérisait, à 65 %, par une domination des échanges Nord-Nord ou Nord-Sud, en 2012 la tendance s’est inversée : l’ensemble des échanges du Sud vers le Sud et du Sud vers le Nord flirtait avec la barre des 80 % des échanges mondiaux.

 

L’exemple du Burkina Faso est parlant. Sur le toit de son ministère, à Ouagadougou, Salifou Ouedraogo a disposé des panneaux solaires importés il y a sept ans de Taïwan. « Depuis, les Taïwanais sont venus au Burkina Faso : ils ont créé une usine de plusieurs dizaines de personnes, en 2012, avec un partenaire burkinabé, raconte le ministre. Nous nous tournons vers ceux qui vont nous permettre de rattraper notre retard, qu’ils soient chinois, allemands ou français. Actuellement, les acteurs les plus importants sont chinois, indiens, brésiliens, il y a eu un rééquilibrage vers ces pays. Ils comprennent notre approche pragmatique, ils ne nous traitent pas de haut. La dureté des conditions de vie dans les faubourgs chinois, brésiliens ou africains est la même. »

 

Or, il est difficile de concurrencer l’offre asiatique, reconnaissent à demi-mot les Occidentaux. Mais ils ne veulent pas dramatiser. « L’économie verte, l’énergie renouvelable, c’est un saut technologique que les pays en développement vont faire, explique ainsi Stéphane Crouzat, représentant du ministère de l’écologie, présent dans la délégation française à Nairobi. L’exemple, c’est le téléphone cellulaire, omniprésent dans tous les pays, alors que beaucoup n’ont pas eu le temps ou les moyens d’installer le téléphone filaire. Si les relations Sud-Sud se développent, c’est bon, il y a de la place pour tout le monde. »

 

Il reste que c’est aujourd’hui la Chine qui tient l’arme financière. Lors d’un symposium consacré au financement de l’économie verte, le vice-président de l’Industrial and Commercial Bank of China, Wang Jingdong, a annoncé la couleur. « Notre banque octroie des crédits à des taux très faibles. Nous prenons nos responsabilités en tant que banque et nous appuyons les entreprises dans les secteurs technologiques de l’économie verte. »

 

Prix concurrentiels

 

Cet empressement vers les énergies renouvelables ne relève pas toujours d’une conscience écologique particulière. « En Chine, en 2012, les banques ont fait de cette question un point central, une condition même dans leur politique de prêt, explique ainsi Nick Robins, ancien banquier à HSBC, en charge du financement du changement climatique au PNUE. Elles ne veulent tout simplement plus investir dans des entreprises qui présentent des risques. Et nous pouvons, au PNUE, expliquer aux investisseurs qu’avec l’économie verte ils vont devenir riches. »

 

Infrastructures à prix concurrentiels et, surtout, financement parfois gratuit fourni aux clients. Dans de telles conditions, il est difficile pour les Européens de s’aligner. Soucieuse de placer le nucléaire, considéré par ses promoteurs comme une énergie renouvelable, à émission zéro CO2, la France reconnaît le handicap. « Le problème du nucléaire reste son coût élevé, avance M. Crouzat. Il faudrait pouvoir fournir simultanément le financement, comme les Japonais le font ou comme les Russes l’ont fait en Hongrie. »

 

La concurrence est donc rude, avec la Chine, quand elle arrive avec la technologie et les financements pour l’acheter. « Mais on peut réaliser encore de très bons projets, avec les aides internationales au développement (Banque mondiale, Banque africaine de développement, etc.), plaide Giles Dickson, vice-président d’Alstom. Nous essayons d’établir une offre commerciale qui corresponde aux attentes, notamment avec des concepts comme celui de la ville durable. »

 

Pour lui, les marchés africains restent prometteurs. Un argument repris à Nairobi par le commissaire européen à l’environnement, Janez Potocnik. « La concurrence avec l’Asie n’est pas insurmontable : le coût de la main-d’oeuvre n’est plus vraiment le problème principal si l’on prend en compte la raréfaction des matières premières et leur prix, explique-t-il. Et l’Europe est bien placée, avec son haut niveau technologique. »

 

Face à ces offensives tous azimuts, les pays en développement ne sont pas dupes. « Nous restons méfiants vis-à-vis de toute tentation que pourraient avoir les pays du Nord de dresser des barrières protectionnistes contre le Sud », confie Ajay Tyagi, du ministère indien de l’environnement et des forêts. Salifou Ouedraogo, lui, va droit au but. « Aujourd’hui, la Vieille Europe essaye de nous faire peur avec les Chinois, mais nous ne sommes pas des mules, nous savons qu’ils sont très intéressés par l’Afrique. Nous voulons donner à manger à nos populations et nous avons besoin de leurs capacités, souvent inexistantes chez nous. »