La crise de l’énergie solaire rattrape la Chine

<div>
	Une usine de fabrication de panneaux solaires de l’entreprise Suntech, à Wuxi, en Chine</div>
Photo: Agence France-Presse (photo) Peter Parks
Une usine de fabrication de panneaux solaires de l’entreprise Suntech, à Wuxi, en Chine

Paris — Après avoir décimé la concurrence occidentale, l’industrie chinoise des panneaux solaires va-t-elle perdre son champion ? Suntech, numéro un mondial en défaut de paiement, s’est partiellement placé en dépôt de bilan mercredi, signe que la crise du secteur frappe aussi en Chine.

Le géant solaire a précisé dans un communiqué que huit banques chinoises avaient demandé le placement en dépôt de bilan de Wuxi Suntech, sa principale filiale de production en Chine, mais que la maison mère et les autres filiales n’étaient pas concernées.
 
Un tribunal doit se prononcer « dans les jours qui viennent », selon le groupe basé à Wuxi, au nord de Shanghai.
 
L’activité va se poursuivre, a confirmé le p.-d.g. de l’entreprise, David King : « Pendant que nous évaluons les mesures de restructuration et les possibilités stratégiques, nous nous engageons à continuer d’offrir des produits solaires de haute qualité à nos clients », a-t-il dit.
 
La dégringolade est brutale pour Suntech, qui était premier producteur mondial de panneaux solaires jusqu’au premier semestre 2012, avant qu’il ne réduise drastiquement sa production à cause de ses difficultés. L’entreprise privée avait confirmé lundi n’avoir pas été en mesure de régler un paiement de 541 millions de dollars.
 
« C’est le premier grand nom du secteur chinois à être en grave difficulté, avec peut-être LDK Solar », relève Stefan de Haan, analyste en chef du secteur solaire pour le cabinet IHS.
 
« Les entreprises chinoises ont déjà été frappées, comme en Europe. Les petites ont été les premières touchées, et nombre d’entre elles ont mis la clé sous la porte. La différence, c’est qu’en Chine, il en reste encore beaucoup », souligne-t-il.
 
Cause de la crise mondiale : l’effondrement des prix des panneaux solaires : moins 45 % en 2011, puis de nouveau moins 25 % en 2012, selon les calculs d’IHS.
 
Une conséquence entre autres d’un nombre trop élevé d’usines par rapport à la demande et des bas prix pratiqués par les industriels chinois (Suntech, Yingli, Trina, Jinko Solar, Canadian Solar…), que les États-Unis et l’Union européenne ont accusé de dumping.
 
À cela viennent s’ajouter des difficultés propres à Suntech, soulignent les analystes, notamment une fraude révélée en juillet 2012 avec une garantie de 680 millions de dollars qui s’est avérée fantôme. L’entreprise a également souffert d’inventaires trop importants, selon M. de Haan.
 
Quant à son emblématique fondateur, Shi Zhengrong, un temps surnommé « le roi du soleil », il a été écarté du conseil d’administration il y a quelques jours, après avoir déjà perdu le poste de p.-d.g. en août.
 
« Il n’avait pas l’expérience pour gérer une si grande entreprise avec des dizaines de milliers d’employés », juge Liu Wenping, du cabinet de conseil spécialisé Sapphire Capital.
 
Où va le solaire en Chine ? Le dépôt de bilan de Suntech « pourrait être interprété comme un changement de stratégie du gouvernement chinois, qui ne souhaite plus soutenir tous les fabricants à n’importe quelles conditions », remarque M. de Haan.
 
« Il n’en est rien, bien au contraire », rétorque Jean-François Dufour, expert du cabinet DCA Chine-Analyse. « C’est la manifestation logique d’une restructuration dictée par les autorités chinoises. Suntech apparaissait comme la première cible désignée d’une restructuration à venir du secteur », selon lui.
 
En effet, « la crise n’a pas empêché, dans le même temps, d’autres fabricants de continuer à bénéficier de financements importants ces derniers mois », fait-il avoir. « Le gouvernement est clairement intervenu et veut réorganiser l’entreprise », conforte Liu Wenping.
 
Pour contourner les nouvelles barrières douanières instaurées par les États-Unis et dans une moindre mesure l’Europe, la Chine mise en effet de plus en plus sur son marché domestique avec d’importants projets de centrales solaires.
5 commentaires
  • André Michaud - Inscrit 23 mars 2013 10 h 32

    Le Solaire chinois

    Si un jour le Canada devient plus solaire ce sera grâce à la Chine qui le fera à un prix accessible, les produits faits en amérique sont pour les riches.

    • Jérémie Poupart Montpetit - Inscrit 23 mars 2013 15 h 09

      Erreur Mr. Michaud, et basse interprétation erroné des "produits pour les riches". Deux différences majeures existent entre les productions chinoises et américaines:

      1) Il y a une grande proportion de compagnies chinoise qui font littéralement du "Dumping" tel que mentionné dans l'article. Impossible pour les industries américaines de faire une compétition loyale alors qu'elles doivent composer avec des lois plus strictes et sans l'appui de subventions monstres de l'état.

      2) La perte progressive de l'expertise causée par cette compétition déloyale augmente encore plus les coûts de production, étant donné la raréfaction des fournisseurs et des producteurs locaux.

      Bref, un autre exemple ou la mondialisation tue le marché local par une compétition déloyale... mais j'avoue que ce n'est pas grave Mr. Michaud, tant que votre ipod est vendu à bas prix, vous n'en avez cure et vivement la délocalisation de la production de tout nos produits en chine, ça nous coûteras "moins cher"...

      Jérémie Poupart Montpetit

    • André Michaud - Inscrit 23 mars 2013 15 h 32

      @ M.Poupart Montpetit

      Je suis d'accord avec vous que la Chine emploi une concurrence déloyale, piratage industriel , sous évaluation de leur monnaie..etc.. aucunement un exemple éthique!

      Mais comme la Chine possède presque les USA et que c'est le plus grand marché au monde, que le coût des produits chinois aide à garder un certain pouvoir d'achat aux occidentaux... qui pourra les empêcher de continuer?

      Ils ont de plus de grandes raisons internes de se tourner vers le solaire et l'écolo (surpopulation, surpollution...).

      C'est pourquoi je suis porté à penser que l'auto écolo et les équipements solaires à prix accessible proviendront possiblement de Chine.

  • Jean-François Trottier - Abonné 23 mars 2013 12 h 37

    Les indicateurs de faillite

    Tout semble se focaliser vers un point-limite quand à la course énergétique Chinoise: les besoins en liquidité nécessaires pour soutenir le développement économique du pays en fait maintenant le centre du capitalisme sauvage international. Il sera impossible pour le Géant de se concentrer uniquement sur la consommation locale sans apport de capital extérieur puisque la richesse y est encore limitée à une portion trop restreinte dans la population.
    D'un côté la menace d'un ralentissement qui créerait une situation intenable pour les dirigeants devant la nouvelle classe moyenne et cex qui y aspirent, de l'autre la chute des marchés dès que le géant s'impose internationalement dans un domaine.
    Une immense crise de croissance attend l'Empire du Milieu à moyen terme.

  • Maxime St-Jacques - Inscrit 24 mars 2013 09 h 17

    Enfin quelqu'un de moralement responsable

    C'est pas tout dire, le gouvernement chinois m'épate beaucoup plus que le gouvernement conservateur sur cette branche là! Société responsable et qui ne se cache pas, mais vraiment pas dutout, merci pour nos enfants...