L’AIE revoit à la baisse la demande de pétrole jusqu’en 2016

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a revu vendredi à la baisse ses prévisions de croissance de la demande pétrolière jusqu’en 2016, ne tablant plus que sur une hausse de 1,2 % par an en moyenne, au lieu de 1,3 % auparavant, du fait de la dégradation de l’économie mondiale.

Selon le rapport à moyen terme sur le marché pétrolier, publié par l’agence énergétique de l’OCDE, la demande d’or noir devrait passer de 89,79 millions de barils par jour cette année à 94,45 millions en 2016, soit environ un demi-million de barils par jour de moins que ce qu’elle anticipait jusque-là. « Des révisions de données antérieures et une croissance économique inférieure à ce qui était attendu ont conduit à une réduction d’environ un demi-million de barils par jour pour 2012 », et d’autant sur la période 2011-2016, a souligné l’AIE dans cette étude.


« Les prévisions de croissance économique se sont réduites sur fond de craintes persistantes liées à la dette dans l’OCDE, en particulier, dans la zone euro », et « même la Chine, principal moteur de la hausse de la demande au cours de la décennie écoulée, donne des signes de ralentissement », ajoute-t-elle.


Dans le détail, les nouvelles projections de l’AIE sont inférieures de 480 000 barils par jour (b/j) pour 2012 et 930 000 barils b/j pour 2013, par rapport à sa précédente étude prospective publiée en décembre dernier. Les révisions pour les années suivantes vont dans le même sens : -880 000 b/j pour 2014, -680 000 pour 2015, -540 000 pour 2016. Enfin, pour l’année 2017, où il s’agit d’une première estimation, l’AIE table sur une demande de 95,68 millions de barils par jour.