L’inflation américaine glisse de son sommet de 40 ans, mais reste élevée à 8,5 %

WASHINGTON - La chute des prix de l’essence a donné aux Américains un léger répit de la forte inflation le mois dernier, bien que la flambée des prix globaux n’ait ralenti que légèrement par rapport au sommet de quatre décennies atteint en juin.

Les prix à la consommation ont bondi de 8,5 % en juillet par rapport à un an plus tôt, a annoncé mercredi le gouvernement, contre un bond de 9,1 % d’une année sur l’autre en juin. D’un mois à l’autre, les prix sont demeurés inchangés de juin à juillet.

Pourtant, les prix augmentent pour une large gamme de biens et de services, ce qui empire la situation de la plupart des Américains. Les chèques de paie moyens augmentent plus rapidement qu’ils ne l’ont fait depuis des décennies, mais pas assez vite pour suivre l’accélération des coûts d’articles tels que la nourriture, le loyer, les automobiles et les services médicaux.

Le président des États-Unis Joe Biden a souligné la baisse des prix de l’essence comme un signe que ses politiques — y compris d’importantes libérations de pétrole de la réserve stratégique nationale — contribuent à réduire les coûts plus élevés qui ont mis à rude épreuve les finances des Américains, en particulier pour les Américains à faible revenu et les ménages noirs et hispaniques.

Pourtant, les républicains soulignent que la persistance d’une inflation élevée est l’un des principaux problèmes des élections de mi-mandat au Congrès, les sondages montrant que les prix élevés ont fait chuter fortement les cotes d’approbation de Joe Biden.

À voir en vidéo