Fonderie Horne: une administratrice d’État coordonnera l’action gouvernementale

QUÉBEC - Une sous-ministre adjointe sera responsable d’entretenir les liens entre la municipalité de Rouyn-Noranda, la Fonderie Horne et les différentes parties prenantes de ce dossier.

Hélène Proteau a été nommée administratrice d’État chargée de la coordination de l’action gouvernementale dans le dossier de la Fonderie Horne de Rouyn-Noranda, jeudi.

Relevant du sous-ministre de l’Environnement, cette nouvelle sous-ministre adjointe devra également assurer un suivi avec les différents ministères impliqués.

«Il y a urgence d’agir pour réduire les impacts des activités de la Fonderie Horne sur la santé des citoyens et sur l’environnement de Rouyn-Noranda. Avec la nomination d’une administratrice d’État de l’action gouvernementale, nous plaçons ce dossier tout en haut de la liste des priorités du gouvernement tout en favorisant une meilleure coordination interministérielle», souligne le ministre de l’Environnement, Benoit Charette.

La Fonderie Horne, qui traite des concentrés de cuivre venant du monde entier en Abitibi-Témiscamingue, a été au coeur de débats en raison de ses émissions d’arsenic.

L’entreprise, propriété de la multinationale Glencore, rejette actuellement dans l’air jusqu’à 100 nanogrammes d’arsenic par mètre cube, soit 33 fois plus que la norme québécoise, qui est de 3 ng/m⁠³.

Elle est située à proximité de quartiers résidentiels.

La nomination d’une administratrice d’État était l’une des demandes de la mairesse de Rouyn-Noranda, Diane Dallaire, faites au premier ministre François Legault le 21 juillet dernier.

Hélène Proteau occupait auparavant le poste de directrice générale de l’analyse et de l’expertise de l’Ouest et du Nord au Secteur des évaluations et des autorisations environnementales du ministère de l’Environnement.

Elle est diplômée en chimie et à l’emploi du ministère depuis 1991.

En parallèle, le ministère de l’Environnement poursuit ses discussions avec l’entreprise en lien avec son plan de réduction des émissions, selon le gouvernement.

À voir en vidéo