Trois semaines de grève à la mine Raglan de Glencore, au Nunavik

Une autre manifestation a eu lieu, jeudi matin, cette fois à Rouyn-Noranda, après trois semaines de grève à la mine Raglan, qui appartient à la multinationale Glencore.

Ce sont 630 travailleurs, membres du syndicat des Métallos, affilié à la FTQ, qui ont déclenché une grève illimitée, le 27 mai dernier, à la mine Raglan, au Nunavik.

Ces travailleurs proviennent de l'extérieur et viennent travailler au camp minier du Nunavik en rotation, par navette aérienne — ce que l'on appelle le «fly in fly out.

En conséquence, des manifestations ont été organisées par le syndicat des Métallos près des aéroports des municipalités desquelles ces travailleurs proviennent. Jeudi, Rouyn-Noranda était touché, après Montréal et Québec.

Les syndiqués avaient auparavant voté à 97,5 % en faveur d'un mandat de grève, lors d'assemblées tenues dans plusieurs municipalités du Québec.

Ces salariés travaillent souvent 21 jours consécutifs, à raison de 11 heures par jour, rapporte le syndicat.

Plusieurs points sont en litige, dont le recours à la sous-traitance, les vacances, les salaires, les pauses et une pleine heure de repas.

Du minerai de nickel est extrait à la mine Raglan, ainsi que du cuivre et du cobalt.

À voir en vidéo