La Virée classique de l'OSM, à vos agendas

L’une des vedettes et, pour nous ici, la grande découverte que permettra cette Virée, soit la soprano Jeanine De Bique, entrera en scène samedi. Cette impressionnante chanteuse est originaire de Trinité-et-Tobago.
Photo: Marco Borggreve L’une des vedettes et, pour nous ici, la grande découverte que permettra cette Virée, soit la soprano Jeanine De Bique, entrera en scène samedi. Cette impressionnante chanteuse est originaire de Trinité-et-Tobago.

La Virée classique de l’OSM, qui se tiendra principalement samedi, s’ouvre avec six concerts dès vendredi soir. Quels sont les temps forts espérés et les vedettes attendues de ce millésime 2022 ?

À travers ses 24 concerts en salle et des concerts extérieurs gratuits, la Virée 2022 adopte une thématique visant à célébrer les cultures musicales et littéraires du continent américain.

Rafael Payare entamera la fin de semaine à la Maison symphonique vendredi à 18 h 30 avec Légendes de Jacques Hétu, associées à la Rhapsody in Blue de Gershwin (avec Sergio Tiempo) et Danzon n° 2 de Marquez, le type de « mix » Québec, États-Unis et Amérique du Sud tel qu’on l’aurait rêvé sur la scène du Stade olympique mercredi, et ce, même si la Rhapsody y avait déjà été présentée en 2013.

À 20 h 15, le chef dirigera James Ehnes dans le Concerto pour violon de Korngold, précédé de Siegfried-Idyll de Wagner. Ehnes et Tiempo (qui se produit en solo samedi à 11 h 30) seront associés samedi à 18 h 45 dans un hommage à Piazzolla.

Ce n’est que samedi que l’autre vedette et, pour nous ici, la grande découverte que permettra cette virée, entrera en scène : la soprano Jeanine De Bique. Cette impressionnante chanteuse originaire de Trinité-et-Tobago chantera Knoxville : Summer of 1915 de Barber avec l’OSM à 12 h 45. Son récital au Théâtre Maisonneuve, vendredi à 20 h 30, a en effet, hélas, été annulé.

Le grand concert de samedi soir sera assuré par Bruce Liu et Rafael Payare, avec la Rhapsodie sur un thème de Paganini de Rachmaninov. Ici aussi, un triptyque programmatique avec Scorpius de R. Murray Schafer pour le volet canadien et la Bachianas brasileiras n° 7 de Villa-Lobos pour le côté sud-américain est de mise. Le concert de clôture, dimanche à 13 h, réunira un ensemble de musiciens et plusieurs solistes sous la direction du directeur musical de l’OSM.

Ceux qui ont apprécié le brio du trompettiste Pacho Flores au Stade olympique le retrouveront avec plaisir dans un concert « cuivres et percussions » samedi à 16 h 30, alors qu’Hector Molina au cuatro (guitare à quatre cordes) donnera un récital à 14 h 30. Notons la belle série de jeunes artistes canadiens, avec notamment les violoncellistes Cameron Crozman, en trio avec le violoniste de l’OSM Jean-Sébastien Roy et Philip Chiu (11 h 15), et Bryan Cheng (13 h 30) en duo avec Andrew Wan.

Il y aura bientôt un nom à ajouter et à faire venir ici, puisqu’un autre pianiste canadien Jaeden Izik-Dzurko, 23 ans, de Colombie-Britannique, a remporté il y a une semaine le Concours de piano Santander doté de 40 000 $.

Réunir les familles

 

Aux concerts de la Virée se greffent des activités gratuites, tels des concerts d’amateurs et d’artistes de la relève au Complexe Desjardins, des ateliers, dont ceux de danses latino-américaines et traditionnelles québécoises ou de « drumline ».

Le but est aussi de réunir les familles sur le site de la Place des Arts. Un « pavillon tranquille », proposant éveil musical (une activité très courue) et des ateliers de création musicale, suscite déjà un grand intérêt.

À voir en vidéo