«Ok c’est beau», Bruno Rodéo

Country

Le country, en dehors de Guylaine Tanguay, est un terrain vague où les laissés-pour-compte se font des rimes pour se réchauffer le coeur. On y trouve autant un Stephen Faulkner increvable qu’un Stéphane Lafleur pas d’casque ou un Bruno Rodéo sans rien ni personne. Tous, ils ont de la verve dans le verbe, de la drôlerie dans le désespoir. Gars du Lac, Bruno a ainsi réalisé son nouvel album « tout seul comme un rat ». C’est le titre d’une chanson et une attitude générale : il « fonce dans le tas » même s’il « a pas l’contrôle », quoi qu’il advienne. Ça donne tout autant la belle guitare twangy dans Camping Cobra que la perte au bord de l’imbuvable réalité relatée dans Chance en or : « Regarde pas ça d’un angle mort », se dit le chanteur déçu… en sifflant à la fin. Qu’il décrive un « p’tit spot grandiose » qui attire trop de monde ou sa « face de carême le matin quand [il a] pas mangé à [sa] faim », le constat n’est jamais plombé. « Je lâche le morceau / Pis mon ego de bonhomme. » C’est sa solution. Peut-être aussi la vôtre.

 

OK c’est beau

★★★★
​Country

Bruno Rodéo, indépendant

À voir en vidéo