«Meet The Moonlight», Jack Johnson

La guitare est un accessoire, même s’il en joue assez expertement. Il ne chante pas vraiment non plus : il serine. Jack Johnson, c’est l’IKEA de la chanson reposante, le gaillard au sourire craquant et bronzage assorti qui fabrique des refrains imperméables pour se coucher dedans (Calm Down). Le champion des airs qui résistent aux tornades (Windblown Eyes). L’inventeur du béton flottant (bon pour les secousses sismiques). Avec Jack, rien ne peut vous arriver. Tout est fourni. Le huitième modèle de son produit garanti — huitième album studio, si vous y tenez — inclut ainsi des pleines lunes, de l’amour universel et les plus grandes vagues de surf au monde : c’est enregistré à Hawaï, majoritairement. Qui plus est, on obtient une connexion directe avec l’univers (Open Mind) : chants mystiques, slogans environnementalistes et barbe de deux jours. Pas impossible qu’Elon Musk fournisse le vaisseau qui débarquera notre parfait spécimen au FEQ. Rendez-vous sur les Plaines, le 7 juillet à 21 h 30.


Cliquez ici pour découvrir un extrait.

Meet The Moonlight

​Folk-pop

Jack Johnson, Brushfire/Republic

À voir en vidéo