«The Storm Before the Calm», Alanis Morissette

Avertissement : album pour la méditation. C’est en effet ce qu’Alanis Morissette a tenté d’accomplir : durant la pandémie, elle en a rempli deux disques, grand bien lui fasse. Le résultat ? Du néo-nouvel-âge pour des temps nouveaux pas si nouveaux. Accompagnement pour la méditation ? Les vocalises dans le fond avec plein d’écho, de l’instrumentation par-dessus l’instrumentation, strates d’autosuffisance électronique. En un mot : ratage. Ce n’est pas méditatif, c’est le bâti maladroit d’un mur de son qui menace de s’écrouler et finit par nous écrapoutir. Ennuyant et soporifique, pour résumer, bien mieux que les mots-clés : Light, Heart, Explore, Space, Purification, Restore et compagnie. Mots fourre-tout, oui. Indulgence d’une artiste qui s’en vient à Québec (en vedette sur les Plaines, le 15 juillet) nous refaire ses corrosifs et libérateurs refrains, Ironic, You Oughta Know, You Learn : en vérité, on aurait dû le savoir dès 1995, et on n’a rien appris du tout. N’est-ce pas ironique ?


Cliquez ici pour découvrir un extrait.​

The Storm Before the Calm

★★
Ambiance

Alanis Morissette,

À voir en vidéo