Les cordes sensibles de Pierre Hantaï

Le claveciniste français Pierre Hantaï
Photo: Jean-Baptiste Millot Le claveciniste français Pierre Hantaï

Clavecin en concert, la série de concerts de Luc Beauséjour, présentait vendredi soir, en collaboration avec la salle Bourgie, le grand claveciniste français Pierre Hantaï. La soirée a été pleinement à la hauteur de la réputation de l’artiste.

Qu’est-ce qui distingue un grand claveciniste ? Après tout il n’est pas question de subtilité de toucher comme au piano ! En pratique, des artistes tels que Pierre Hantaï permettent de mettre des mots sur ces questionnements. Après cette formidable soirée on pourra évoquer un mélange savant de rigueur et de liberté.

Chez Pierre Hantaï, la liberté se manifeste dans la composition finale du menu musical. Il y a ce qui est inscrit au programme. Mais il y a ce qu’il va vraiment jouer, c’est-à-dire, dans John Bull, un parcours qui le mène d’une Pavane à une Fantaisie en ré via plusieurs danses. La Suite anglaise n° 2 de Bach, il ressent l’importance de l’amener par un choral composé pour Anna Magdalena. De la même manière, il intercalera une Sarabande de Louis Couperin en seconde partie entre Händel et la Toccata de Bach pour tempérer la tension née de la Gigue finale de la Suite HWV 436.

Imaginaire fécond

 

La rigueur est absolue dans des mouvements vifs éblouissants, jamais précipités, mais tenus et clairs, d’une égalité stupéfiante : Gigue de Händel comme Allegro final de la Toccata de Bach ou Gigue et Courante de la 2e Suite.

Mais là où Pierre Hantaï se délecte c’est à trouver la touche de couleur parfaite en jouant des réglages que lui permet le clavecin flamand fabriqué par Keith Hill en 1984 d’après Ruckers. Il adapte la douceur ou la carrure des sonorités et passe d’un clavier à l’autre pour jouer au maximum des contrastes.

À cela s’ajoute un imaginaire fécond, comme cette sorte de déluge bouillonnant duquel naît la 2e Suite anglaise ou la savante ornementation de Händel. Hantaï possède l’art de nous amener à la musique, au cœur de cette musique.

Ce fut l’une de ces rares et précieuses soirées capables de faire aimer le clavecin même à des oreilles réfractaires.

 

Clavecin en concert

Récital Pierre Hantaï. Bull : Pièces de clavecin. Byrd : My Ladye Nevells Grownde. Froberger. Suite pour clavecin n° 18 en sol mineur. Bach : Suite anglaise n° 2. Händel : Suite pour clavecin en ré mineur HWV 436. Bach : Toccata BWV 914. Salle Bourgie, vendredi 13 mai 2022.

À voir en vidéo