Wet Leg, Wet Leg

Ça doit être cette mentalité insulaire qui rend si délicieusement absurdes Rhian Teasdale et Hester Chambers de Wet Leg, duo de l’île de Wight fondé il y a trois ans à peine et déjà attendu de pied ferme jusqu’à Osheaga l’été prochain. Tout ça grâce à Chaise longue, l’hymne rock officieux de l’été 2021 : la ligne de basse à trois notes, la cadence linéaire et serrée, la guitare qui crache au refrain, Rhian Teasdale qui, avec ce ton pince-sans-rire, chante un texte farci de sous-entendus salaces — une invitation à la débauche ! Tout cet album, leur premier, n’est pas de la même eau, parfois plus mélodieusement pop (I Don’t Wanna Go Out, avec son motif de guitare rappelant quelque chose de Bowie), un peu grunge au détour, osant même la ballade rock (Piece of Shit), mais même les clichés autour des amours décevantes laissent un arrière-goût plein d’humour et de cynisme chez ces débonnaires rockeuses. Il y a sur Wet Leg assez de bonnes bombes rock — Wet Dream, Ur Mum, Oh No, Too Late Now en conclusion —, flegmatiques mais dansantes, pour nous faire dodeliner de la tête jusqu’à l’arrivée de l’été.

 

Wet Leg

★★★ 1/2
Rock

Wet Leg, Domino

À voir en vidéo