Wolfgang Amadeus Mozart, Gil Shaham et Nicholas McGegan

Enrichie par l’Adagio K. 261 et le Rondo K. 373, cette nouvelle intégrale des concertos pour violon de Mozart présente un artiste charmeur devenu assez rare. Dans ces captations de 2018 et 2019, réalisées à Stuttgart avec l’Orchestre de la radio SWR, le violon de Gil Shaham semble toutefois un peu moins moelleux que ce qu’on attendait. La confrontation directe avec Frank-Peter Zimmermann chez Haenssler Classic tourne à l’avantage de l’Allemand, avec un archet plus ferme et un orchestre chambriste idéalement proportionné. Shaham et McGegan sont très bien, mais un peu décoratifs, une obédience hédoniste dans laquelle James Ehnes (Onyx, 2018), plus contemplatif que Zimmermann, est finalement mieux disant. Ces concertos ont connu récemment un regain d’intérêt avec la version d’Arabella Steinbacher (Pentatone), maigre de son et pesante d’ennui, et celle de Francesca Dego (Chandos, Concertos nos3 et 4) maniérée, cherchant à évacuer le vibrato, mais faisant au moins preuve de fraîcheur au niveau des phrasés.
 

Wolfgang Amadeus Mozart

★★★
Classique

Gil Shaham, Nicholas McGegan, SWR 2 CD 19113

À voir en vidéo