I Dream Of Christmas, Norah Jones

Dans le clip de Christmas Calling (Jolly Jones), elle roule à vélo pas loin du 59th Street Bridge. Il y a un gros « mistletoe » sur le guidon. Cadeau ! Norah Jones, roulant relaxe, nous promène au gré de sa voix suave et d’un rythme jazzy cool, avec une petite foule de pères Noël hilares et fêtards. Tout l’album est du même jet de flocons légers. Une chanson originale ici et là, dont un doux appel au rassemblement à distance plus ou moins sanitaire intitulé It’s Only Christmas Once A Year (« Last year was so hard with all the friends I couldn’t see… »), justifie la randonnée, entre les revisites au petit bonheur des classiques de saison. D’un p’tit White Christmas délicieusement swing à un Winter Wonderland aguichant sur fond de pedal steel, tout est enveloppant et bienfaisant, y compris le déhanchement latin de la version rock’n’cha cha de Run Rudolph Run, bisou étoilé à Chuck Berry. Qui a besoin d’un énième disque de Noël ? « Would you like to sit under my tree ? » demande Norah. On dit oui.
 

I Dream of Christmas

★★★★
Noël

Norah Jones, Universal

À voir en vidéo