Brûler le feu, Juliette Armanet

La chanson d’introduction de ce deuxième album de Juliette Armanet s’intitule Le dernier jour du disco. Jour pas encore venu, hélas. Pour qui a vécu son adolescence à rebrousse-poil, chez Springsteen ou les Eagles, c’est le bouton qui n’en finit plus d’exploser dans la face de la pop. Cela vire à la crise d’acné, ces temps-ci. D’Alex Désilets à Clara Luciani, ça pulse, pulse, pullule. Et voilà Juliette, l’héritière de Véro Sanson, qui s’y met. Mais, mais… si habilement, avec tant de doigté, un tel sens de la mélodie triste ET irrépressible, que la pulsation devient un espace de liberté nécessaire. Boum Boum Baby, chante-t-elle, pour résumer. Danser quand ça ne va plus, ne pas danser tout le temps non plus : les ballades, au cœur de l’album, chantent la douleur lentement, façon Christophe (J’te le donne), France Gall époque Michel Berger (Le rouge aux joues), ou Barbara (Imaginez l’amour). Et Juliette s’élance à nouveau sur la piste de danse pour Sauver ma vie. Pas le choix.
 

Brûler le feu

★★★★
Chanson

Juliette Armanet, Romance Musique/Universal

À voir en vidéo