R. Murray Schafer, le père de l’écologie acoustique, n’est plus

Sa carrière aura valu plusieurs prix à R. Murray Schafer (à gauche). Il a été investi en 2014 à l'Ordre du Canada. 
Photo: Sa carrière aura valu plusieurs prix à R. Murray Schafer (à gauche). Il a été investi en 2014 à l'Ordre du Canada. 

Figure phare de la musique canadienne, le père de l’écologie acoustique, R. Murray Schafer, s’est éteint samedi, le 14 août, des suites de la maladie d’Alzheimer. Le compositeur, aussi écrivain, estimé pédagogue, passionnant conférencier, lui-même fasciné par les arts vivants et les arts visuels, laisse en héritage un corpus remarquable imbriqué dans un rapport très intime à l’environnement, au rituel et à l’écologie.

La nouvelle de sa mort a été rendue publique par son épouse, la mezzo- soprano Eleanor James, dans un courriel envoyé aux amis et aux collègues proches du compositeur, dont ses complices de longue date du Quatuor Molinari. « La dernière année a été très difficile pour M. Murray », a confirmé au Devoir sa directrice artistique, la violoniste Olga Ranzenhofer, qui le connaissait depuis trois décennies.

Très attristé, le Quatuor Molinari a pris la plume pour saluer l’« exceptionnel compositeur » qui apparaît au cœur de son répertoire. « Il fut une grande inspiration pour nous. Nous gardons dans nos cœurs et en mémoire les innombrables rencontres et discussions que nous avons eues au cours des 33 dernières années avec lui. Ce grand homme, compositeur, écrivain, artiste visuel, environnementaliste et conférencier a été un des artistes les plus complets du XXe siècle », a réagi le quatuor, sur sa page Facebook, en promettant un concert à sa mémoire dès cet automne, à Montréal.

L’annonce a vite provoqué une onde de choc dans le milieu de la musique. Né à Sarnia, en Ontario, le 18 juillet 1933, R. Murray Schafer avait aussi fait pousser quelques racines au Québec, lui qui avait été nommé artiste en résidence à l’Université Concordia en 2005.

Son séjour comme professeur à l’Université Simon Fraser (1965-1975) l’amènera à créer le World Soundscape Project consacré à l’étude des rapports de l’être humain avec son environnement acoustique. En 1979, il fonde sa propre compagnie, Arcana Editions. Il y publie des œuvres très diverses, explorant l’opéra, la musique de chambre, l’oratorio, mais aussi des œuvres chorales ou orchestrales.

En 1987, il s’établit dans une maison de ferme à Peterborough, en Ontario. Là-bas, il trouvera un environnement sonore « haute-fidélité », qui lui inspirera une série d’« œuvres en environnement naturel » explorant des territoires rarement foulés.

Le compositeur et guitariste contemporain Tim Brady a rendu hommage à celui qui, avec Apocalypsis [un spectacle à grand déploiement faisant appel à quelque 500 personnes], en 1980, lui a ouvert des horizons insoupçonnés. « Ce moment-là, le fait de comprendre que la musique pouvait être si puissante, au point d’englober toutes les gammes du son et de l’expérience humaine, a provoqué en moi un séisme intérieur », a-t-il écrit sur Facebook.

Tim Brady aura eu la chance de côtoyer plus tard, dans les années 2000, celui qui « a bouleversé son rapport à la musique », découvrant un créateur « toujours encourageant, engagé et amusant ». Sa disparition signe une « immense perte », R. Murray Schafer ayant « massivement influencé la musique canadienne », a-t-il ajouté.

Sa carrière aura valu plusieurs prix à R. Murray Schafer, dont celui du Gouverneur général pour les arts du spectacle, en 2009. Compositeur de l’année du Conseil canadien de la musique, en 1977, il deviendra le premier récipiendaire du prix Glenn-Gould, en 1987. À cette occasion, rappelle l’Encyclopédie canadienne, le violoniste et chef d’orchestre Yehudi Menuhin fera l’éloge d’un compositeur « doté d’une imagination et d’une intelligence fortes et hautement originales, orientées vers le bien, d’une puissance dynamique, dont les multiples expressions personnelles et les aspirations sont en total accord avec les besoins urgents et les rêves de l’humanité d’aujourd’hui ».

Avec Maïka Yargeau

 

À voir en vidéo