Downhill from Everywhere, Jackson Browne

Le lap-steel plus lisse que lisse. Le folk rock de qualité garantie, irréprochable et générique. La voix, belle toujours, éternellement distante, qui ne se hasarde jamais hors du registre. Les mélodies, à la fois nouvelles et familières, à partir d’un petit choix d’accords. Sinon la barbe qui cache désormais le visage de chérubin à la Warren Beatty, c’est peu de dire que l’on retrouve Jackson Browne, après cinq décennies et quinze albums, exactement là où on l’attend. Les thèmes sont des variantes de constats et indignations d’antan, adaptées à l’actualité : The Dreamer parle d’immigration, Until Justice Is Real vient s’ajouter à la pile de protestations contre les iniquités raciales et sociales du rêve américain en mal de rêveurs. Si le vétéran de Laurel Canyon ne renonce à aucun idéal et a conservé intact son Cleveland Heart, la vue qu’il a de son balcon de Laurel Canyon le déprime quand même. Un peu. Oui, tout est Downhill from Everywhere. Et ça brûle en bas. Heureusement qu’on a la clim.

Écoutez Still Looking For Something

Downhill From Everywhere

★★ 1/2
​Folk-rock

Jackson Browne, Inside Recordings

À voir en vidéo