Hospitalisé en France, le rappeur Akhenaton serait atteint de la COVID-19

Philippe Fragione, alias Akhenaton, a été hospitalisé plusieurs jours à Marseille.
Photo: Fred Tanneau Agence France-Presse Philippe Fragione, alias Akhenaton, a été hospitalisé plusieurs jours à Marseille.

Akhenaton, le fondateur du groupe de rap français IAM, a été hospitalisé plusieurs jours à Marseille, ont rapporté mercredi plusieurs médias français, précisant que le chanteur serait atteint de la COVID-19. Le groupe a récemment annulé plusieurs concerts après qu’un de ses membres a été testé positif au virus.

La famille et la gérante du chanteur de 52 ans ont confirmé son hospitalisation à plusieurs médias français mercredi, sans donner de détails sur les raisons de son hospitalisation ni sur son état de santé.

Akhenaton aurait obtenu son congé d’hôpital mercredi soir, selon différents médias. « Il va bien, mais il est éprouvé et se repose en famille », a indiqué Le Parisien.

D’après des sources concordantes de la chaîne française BFMTV et du quotidien régional La Provence, il aurait été pris en charge à l’hôpital Timone dimanche matin en raison d’une « gêne respiratoire ». BFMTV ajoute qu’il aurait été transféré plusieurs heures en « réanimation », soit l’équivalent des soins intensifs au Québec. Des informations que le Devoir n’a toutefois pas été en mesure de confirmer directement.

Opposition à la vaccination obligatoire

Le groupe de rap a annulé deux concerts lundi et mardi après qu’un membre du groupe — dont l’identité n’a pas été révélée — a été testé positif à la COVID-19. IAM avait déjà annulé un concert fin juillet parce qu’un membre du groupe avait été en contact avec une personne atteinte de la COVID-19.

Dans les dernières semaines, Akhenaton et son groupe n’ont pas hésité à afficher publiquement leur opposition à la vaccination obligatoire ainsi qu’à l’imposition d’un passeport sanitaire en France pour accéder à certains lieux et événements.

« Je le répète depuis de nombreux mois, avec le groupe IAM, nous sommes contre le pass sanitaire, contre la vaccination obligatoire, à l’usure ou non dans le cas des soignants et d’autres métiers. Il en va de nos libertés et surtout de l’avenir de nos enfants », affirmait Akhenaton dans une vidéo publiée sur ses réseaux sociaux le 17 juillet dernier.

De passage au micro d’Europe 1 en août 2020, le rappeur avait également indiqué « douter de la vraie dangerosité » de la COVID-19 et remis en question l’utilité du port du masque. « Ce n’est pas du complotisme, je me pose juste des questions basiques », avait-il insisté.

Concerts à Montréal

Au moment d’écrire ces lignes, il n’avait pas été possible de confirmer si l’hospitalisation d’Akhenaton, ou le simple fait qu’il aurait contracté la COVID-19, remettait en question la présence du groupe de rap marseillais sur la scène de la Maison symphonique cet automne. IAM doit normalement se joindre à l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) pour quatre soirées de concert du 5 au 8 octobre prochains.

Or, un flou entoure la tenue de ces concerts depuis déjà plusieurs semaines, indépendamment des récents événements.

Contacté à la mi-juillet par Le Devoir, l’OSM a assuré qu’ils auront bel et bien lieu aux dates prévues, reconnaissant toutefois ne pas connaître « la situation vaccinale des membres du groupe [IAM] ».

Pour se produire à Montréal, ils doivent respecter les règles en vigueur pour entrer au pays, c’est-à-dire être entièrement vaccinés.

De son côté, la gérante du groupe a indiqué, par l’intermédiaire de Claude Dauphin, responsable québécois de la promotion du répertoire français chez Universal Music, que les concerts seraient décalés au printemps 2022. Une information démentie par l’OSM.

Quant à savoir si les membres du groupe sont déjà vaccinés, la gérante n’a pas répondu à la question, précisant simplement le message dans la vidéo publiée par Akhenaton quelques jours plus tôt : « ils sont d’un commun accord contre l’obligation vaccinale et le pass sanitaire, mais ils ne sont ni pro- ni anti-vaccins, mais pour la liberté individuelle, telle que décrite dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen ».

À voir en vidéo