Peut-être, Paul Cargnello

Une carrière solo s’étendant sur presque deux décennies et une quinzaine d’albums n’aura pas essoufflé l’auteur-compositeur-interprète Paul Cargnello. De la même manière, il a eu beau butiner d’un style musical à l’autre, funk louisianais, folk-rock, new wave, reggae, on n’éteindra jamais le punk, le militant en lui. Sous des airs post-punk à synthés parfois dansant (Elle est née, Château de cartes, L’amour est pour les courageux, une réussite celle-là) le musicien se révèle plus introspectif que sur ses derniers albums. « Ne quitte pas la ville sans moi », chante-t-il sur Du côté est, un blues-rock à Hammond B3 sur une rythmique vaguement cumbia, exprimant cet urgent désespoir qui a toujours meublé ses chansons, néanmoins farcis de moments de lumière. Après l’album acoustique (Striped Down) paru l’automne dernier, le musicien a rempli son studio d’instruments pour enregistrer quasiment tout seul ces chansons mordantes revêtues d’arrangements festifs. Pas Peut-être, mais assurément : Cargnello demeure l’un des plus constants artisans de la chanson d’ici.

Peut-être

★★★ 1/2

Paul Cargnello, Hell for Breakfast

À voir en vidéo