Bomsori, Violin on Stage

La violoniste Bomsori, à l’époque Bomsori Kim, avait remporté le 2e prix du Concours musical international de Montréal en 2016, derrière la très brillante Japonaise Ayana Tsuji. Nous avions, à l’époque, entendu beaucoup de violon et assez peu de musique. Le contrat avec la prestigieuse maison Deutsche Grammophon n’a pas modifié le portrait. Nouvel eldorado, ou « fastest growing major market » selon les termes de l’Association internationale de l’industrie musicale (IFPI), la Corée du Sud est en quête de vedettes du pays. DG, qui a le pianiste de choix Seong-jin Cho, vainqueur du Concours Chopin 2015, et une soprano de rêve, Hera Park, s’est peut-être montré trop impatient de combler le créneau violonistique. Ces œuvres issues principalement de l’univers de l’opéra demandent autre chose que de l’application et ne vivent que par le brio, le panache, le rayonnement et le risque. De plus, le bouillonnant Giancarlo Guerrero, à la tête d’un orchestre rendu compact et sans vie par les ingénieurs du son, a rarement été aussi ennuyeux. Un gentil flop.

Bomsori

★★

Violin on Stage, NFM Wroclaw Philharmonic, Giancarlo Guerrero, DG 486 0788

À voir en vidéo