It’s Just Wind, Ade & Connan Mockasin

Cet état second dans lequel on se sent au lendemain d’une dose de vaccin contre la COVID-19 ? It’s Just Wind, l’album du troubadour psyché-rock néo-zélandais Connan Mockasin et son papa Ade en est l’incarnation musicale : vasouilleux, narcotique, mais exsudant une beauté dans les timbres fiévreux. Mockasin fils a improvisé ces grooves désertiques avec son orchestre il y a trois ans, après un concert épuisant dans un festival texan, et tout ça s’entend dans les orchestrations à l’emporte-pièce, le tempo qui a pris un coup de soleil, les bribes de mélodies aléatoires aux synthés et à la guitare. La légende veut qu’un médium ait raconté à Connan qu’après une crise du cœur de papa, le musicien se devait d’accomplir ce projet rappelant un peu les moments d’introspection de Roger Waters solo. Papa Ade s’occupe surtout de réciter des textes, chantant parfois comme sur les belles Clifton et TeAwanga, nom du village où a vécu la famille. Les guitares pleines d’écho qui tapissent les 14 minutes de Round Peg in a Square Hole résument l’esprit du disque : et que ça plane, le temps que passent les effets secondaires.

It’s Just Wind

★★★

Ade & Connan Mockasin, Mexican Summer

À voir en vidéo