La métamorphose de Game Genie Sokolov

Adélaïde a joué aux jeux vidéo toute sa vie. «Ensuite, approcher la console de jeux avec un point de vue musical, ça me plaît beaucoup. La musique, c’est la création, alors que le jeu vidéo, c’est de l’amusement.»
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Adélaïde a joué aux jeux vidéo toute sa vie. «Ensuite, approcher la console de jeux avec un point de vue musical, ça me plaît beaucoup. La musique, c’est la création, alors que le jeu vidéo, c’est de l’amusement.»

« Ce n’est pas l’instrument qui dicte au musicien le type de musique qu’il va faire », estime l’autrice-compositrice-interprète et ingénieure en logiciels Adélaïde, alias Game Genie Sokolov, qui lance un troisième album de pop électronique influencée par la musique de jeux vidéo intitulé Renaissance. « Par exemple, tu donnes une guitare à un musicien dans les années 1960 et à un musicien d’aujourd’hui, tu n’obtiendras jamais le même résultat, parce qu’on n’aura jamais connu les mêmes influences. Lorsque je travaille avec de vieux synthétiseurs, j’en extirpe des sons qui évoquent mon histoire à moi. »

L'album «Renaissance» de Game Genie Sokolov

Et quelle histoire a-t-elle! Originaire de la France, installée à Montréal depuis une quinzaine d’années, Game Genie Sokolov s’est taillé une réputation sur la scène musicale underground, et sur celle des amateurs de jeux vidéo (les « gamers »), en lançant en 2017 un premier EP entièrement composé à l’aide de la légendaire console 16 bits Sega Genesis, lancée sur le marché nord-américain en 1989. Paru en avril 2020, son album Trans//Mission a remporté le prix de l’album de l’année, catégorie Chiptune/Digital Fusion, décerné par le Video Game Music Online, média spécialisé dans la couverture du monde de la musique pour jeux vidéo, ou inspirée par celle-ci.

Adélaïde a joué aux jeux vidéo toute sa vie. « Ensuite, approcher la console de jeux avec un point de vue musical, ça me plaît beaucoup. La musique, c’est la création, alors que le jeu vidéo, c’est de l’amusement. » Or, c’est par nécessité que la musicienne, qui travaille de jour comme ingénieure en développement de logiciels, s’est intéressée à la console comme instrument.

« Je voulais trouver des synthétiseurs qui étaient très utilisés dans les années 1980, comme ceux de Yamaha — le DX7, par exemple », célèbre synthétiseur numérique ayant défini le son pop de l’époque (particulièrement ses sons de basse), « sauf que ça coûte très, très cher, c’est difficile à trouver, et difficile à maintenir. Or, j’ai appris un jour que ce synthétiseur était une des composantes de la console Sega Genesis — en version simplifiée, mais il y était. Vu que je sais programmer, il m’était possible de développer des outils pour pouvoir, à partir de ma console, faire les sons que je cherchais à obtenir » avec l’authentique DX7 qu’utilisaient Madonna, Michael Jackson et Prince, entre autres.

« Si on sait programmer, ajoute Adélaïde, on peut se débrouiller pour générer les mêmes sons qu’un DX7, mais avec une machine qu’on peut trouver dans tous les pawn shops pour 10 $. Ça m’a permis de relier à la fois mes talents en musique, mes talents en ingénierie et mon amour du jeu vidéo », dit-elle en soulignant cependant que dès Trans//Mission, sa musique transcendait l’esthétique 8 bits/chiptune (nom donné aux musiques conçues à l’aide de consoles de jeux) en explorant la synthwave et l’électropop.

« J’ai grandi avec la musique de Daft Punk, Nine Inch Nails, Marilyn Manson, les Spice Girls, Destiny’s Child », dit la musicienne, qui reconnaît aussi l’influence de compositeurs tels que Jan Hammer (Miami Vice) et autres icônes de la synthpop. Et Giorgio Moroder, dont elle reprend I Feel Love, « parce que ça n’avait jamais été fait en chiptune ! »

Incidemment, le succès disco chanté par Donna Summer est également devenu un hymne pour la communauté LGBTQ+, à laquelle Game Genie Sokolov appartient. L’amour, la sororité, l’affirmation sont les thèmes principaux de cet album festif dont les chansons portent des titres tels que Drag Machine, Girlfriends, Catgirl Planet et Another Woman.

Si on sait programmer, on peut se débrouiller pour générer les mêmes sons qu’un DX7, mais avec une machine qu’on peut trouver dans tous les pawn shops pour 10 $. Ça m’a permis de relier à la fois mes talents en musique, mes talents en ingénierie et mon amour du jeu vidéo.

 

« L’album précédent, Trans//Mission, était assez clair dans son propos, explique Adélaïde. Lorsqu’il est paru, je débutais ma transition [de genre], mais personne ne le savait encore — j’ai fait un petit jeu de mots dans le titre pour le dire sans le dire, mais ensuite, je l’ai dit publiquement. Le titre Renaissance, c’est parce que ma vie a radicalement changé. J’ai changé de nom, j’ai changé d’affirmation de genre — officiellement, d’ailleurs —, mon apparence a beaucoup changé avec la prise d’hormones, etc. Et mon cercle social s’est considérablement transformé, pas toujours pour le mieux d’ailleurs, mais ça, c’était prévisible. Lorsque tu fais une transition de genre, tu perds beaucoup de gens en chemin… »

Game Genie Sokolov est heureusement bien entourée sur son album, qui fourmille de collaborations, dont une avec la drag queen montréalaise Matante Alex (Drag Machine), avec la musicienne électronique d’origine mexicaine Ultra K (« Très flyée, elle me fait penser à Kate Bush ») sur la sombre Virgo Frame en ouverture, la compositrice chiptune allemande Nyokeë sur I Feel Love et l’animateur radio et rappeur d’Halifax Vaddel Gabriel sur l’excellente Another Woman.

« Ce ne sont pas nécessairement des artistes associés à la scène chiptune ou appartenant à la communauté LGBTQ+, mais simplement des gens que j’aime bien, et aussi des gens qui ont répondu à mon appel, commente Adélaïde. J’avais contacté beaucoup de gens de la scène musicale francophone d’ici pour cet album-là, beaucoup de rappeurs notamment, mais la grande majorité du temps, je n’ai pas eu de réponses. J’avais davantage de chansons en français sur mon album précédent et j’aurais voulu en avoir beaucoup plus sur celui-ci, mais visiblement, pour les artistes francophones, répondre à un courriel, c’est difficile. »

À bon entendeur…

Renaissance

Game Genie Sokolov, autoproduit



À voir en vidéo