The Women Who Raised Me, Kandace Springs

Le projet de la pianiste et chanteuse américaine, star en émergence qu’on dira tout aussi jazz que pop et soul ? Réinterpréter des chansons initialement associées à des chanteuses qui l’ont marquée. Et l’on comprend, au vu du résultat, que les influences de Springs sont larges — et toutes remarquables : Ella Fitzgerald, Billie Holiday, Carmen McRae, Nina Simone, Lauryn Hill, Norah Jones… Cette dernière fait d’ailleurs partie des nombreux invités (McBride, Avishai Cohen, Elena Pinderhughes…) qui entourent le groupe de Springs. Et ainsi, à chaque pièce sa couleur particulière — l’unité étant assurée par la réalisation de Larry Klein… et la voix de Kandace Springs, bien sûr, la souplesse incarnée, l’émotion convoquée, le grain relevé — très soul, en fait. Un bémol : le répertoire est certes de premier plan, et il n’y a pas un faux pas d’interprétation ni d’arrangement. Mais mises les unes à côté des autres, les chansons présentent parfois des contrastes un peu draconiens — passer de Killing Me Softly With His Song à Strange Fruit relève du grand écart, disons.

Écoutez Angel Eyes

The Women Who Raised Me

★★★ 1/2

Kandace Springs, Blue Note

À voir en vidéo