Nikolaï Tcherepnine, Bamberger Symphoniker

Pur bonheur de la découverte. Certes, Narcisse et Écho (1911) avait été enregistré en première mondiale pour Chandos à La Haye par Guennadi Rojdestvenski, mais cette « piqûre de rappel » de Lukasz Borowicz est fondamentale et salutaire. Quel émerveillement de retrouver cette partition que le CD de Rojdestvenski aurait dû faire entrer au répertoire ! Narcisse et Écho de Tcherepnine (1873-1945), c’est la rencontre des opéras de Rimski-Korsakov, de Daphnis et Chloé de Ravel (1909-1912), du Poème de l’extase de Scriabine (1905-1908, écoutez la plage 4), de L’oiseau de feu de Stravinski (1909-1910) et sans doute de maintes autres choses encore. Cette autre création pour les Ballets russes, composée par un exilé, pose beaucoup de questions sur la notion d’emprunt en musique. Les chœurs qui planent font sans cesse penser à Daphnis et Chloé, mais la création ravélienne surviendra un an plus tard. Tout se passe donc comme si, à une époque, un type de musique était dans l’air du temps. La princesse est une ouverture de 1896 superbement rimskienne.

 

Lukasz Borowicz dirige Narcisse et Echo de Tcherepnine

Nikolaï Tcherepnine

★★★★
​Classique

Bamberger Symphoniker, Lukasz Borowicz. CPO 555 250-2