Kick I, Arca

Un disque de puissants paradoxes que ce quatrième de la musicienne avant-gardiste Alejandra Ghersi (Arca). Comme sur ses précédents disques, la conception sonore est un des points forts de Kick I, ces bruits précis, viscéraux, évocateurs, fabriquent un décor chaotique et futuriste. Or, l’artiste d’origine vénézuélienne — qui se décrit comme non binaire, ainsi qu’elle le chante en ouverture — se rapproche aujourd’hui d’une forme de pop, donnant lieu à des moments mélodiques tantôt étonnamment accrocheurs, sinon d’une vraie beauté. Mequetrefe, Machote et, surtout, l’époustouflante KLK (chantée par Rosalía) donnent naissance à un reggaeton industriel qui n’existait jusqu’alors que dans la tête d’Arca ; sur la poignante Afterwards, un des moments de grâce du disque avec No Queda Nada en conclusion, on entend Björk chanter les mots du grand poète espagnol Antonio Machado. Arca décrit son disque comme celui d’une femme libérée, elle s’affiche surtout libre de sortir de sa niche électro expérimentale pour donner une vision d’elle-même à travers le filtre de la pop.

Écoutez Time

Kick I

★★★★
Avant-garde

Arca, XL