Votre carnet de concerts de la fin de semaine (VI)

Une scène de l'opéra «Dialogue des carmélites»
Photo: Théâtre de la Monnaie Une scène de l'opéra «Dialogue des carmélites»

Les propositions artistiques de la fin de semaine sont indéniablement dominées par le grand gala planétaire du Metropolitan Opera. Dès 13 h, samedi, plus de 40 artistes lyriques se succéderont en chantant en direct depuis leur domicile un peu partout à travers le monde.

Dans le cadre de ce « gala virtuel à domicile », diffusé en direct et disponible ensuite jusqu’au dimanche 18 h, seules quatre prestations impliquant des membres de l’orchestre et du chœur sont préenregistrées. Le reste, qui sollicitera des vedettes telles que Renée Fleming, Roberto Alagna ou Bryn Terfel, sera entièrement en direct. Peter Gelb et Yannick Nézet-Séguin animeront cet après-midi de New York et Montréal.

On retrouvera Yannick Nézet-Séguin avec l’Orchestre Métropolitain dans Les nuits d’été de Berlioz avec Marie-Nicole Lemieux à la Philharmonie de Paris sur le site de l’OM. Retrouvailles très intéressantes aussi avec la vidéo de l’OSM proposée depuis jeudi soir : une 6e Symphonie de Bruckner captée en 2013 sous la direction de Kent Nagano. Comparaison passionnante avec le souvenir de la vision de Valery Gergiev il y a deux mois.

Beethoven à Paris, Brahms ailleurs

En cette fin de semaine, Yannick Nézet-Séguin aurait dû donner à Paris l’intégrale des symphonies de Beethoven avec l’Orchestre de chambre d’Europe. La Philharmonie comble la frustration de ses abonnés en élargissant son offre vidéo à partir de ses archives. Refont surface deux intégrales avec l’Orchestre de chambre d’Europe et Bernard Haitink en 2011 et 2012 et sur instruments anciens par Emmanuel Krivine. À voir aussi : un concerto pour violon avec Viktoria Mullova et trois concerts d’António Meneses et Maria João Pires. La qualité visuelle pour les documents récents est très honorable (720p), mais moyenne pour les deux cycles symphoniques.

Ceux qui ont assisté au spectacle des Grands Ballets présentant des versions dansées des Symphonies nos 5 et 7 pourront être intéressés de voir ce que Thierry Malandain fait de la Symphonie pastorale. La vidéo est accessible sur le site d’ARTE, mais le « Projet Beethoven » de John Neumeier, qui en aurait été l’idéal complément, fait l’objet d’un blocage géographique.

Pour les amateurs de grande musique symphonique, nous vous avons concocté une petite intégrale vidéo des symphonies de Brahms : Christoph von Dohnanyi dirige à Hambourg une 1re Symphonie d’une densité admirable (site du NDR), la 2e Symphonie est accessible sur YouTube dans le fameux concert de Carlos Kleiber de 1991, mais par des sources non officielles. On peut se rabattre sur le beau film de Kurt Masur réalisé à Leipzig pour EuroArts. Une exceptionnelle Troisième (c’est rare) se niche dans le site du Concertgebouw d’Amsterdam avec un concert de Herbert Blomstedt en 2014. Pour la 4e, la vidéo de l’incontournable Carlos Kleiber est en qualité 1080p. À ne pas manquer, le Concerto pour violon par Janine Jansen et Bernard Haitink, mis en ligne il y a quatre jours par le Concertgebouw d’Amsterdam.

Opéra : une nouvelle source

Très bonne nouvelle : le Théâtre de la Monnaie de Bruxelles nous a concocté une « saison 2 » de ses mises en ligne, disponibles jusqu’au 17 mai. Nous n’avons évidemment pas encore pu passer au travers, mais il y a là Dialogues des carmélites de Poulenc dans la fabuleuse mise en scène d’Olivier Py, montée et filmée initialement au Théâtre des Champs-Élysées. Avec Patricia Petibon, Véronique Gens, Stanislas de Barbeyrac et Alain Altinoglu dans la fosse, c’est un must.

À Vienne, on pourra regarder Fidelio de Beethoven samedi ou mardi, et Les Troyens jeudi. L’Opéra de Munich diffuse le très singulier Boris Godounov de Moussorgski revu par Calixto Bieito (monde contemporain glauque et usage parfois surprenant du révolver). La direction de Kent Nagano vaut bien mieux que le spectacle.

Mais la source que vous pourrez d’ores et déjà explorer, car nous allons l’approfondir dans les prochaines semaines, est le site Operavision. Diverses scènes se réunissent sur ce portail. Comme nous avons pris l’habitude de vous proposer au moins une rareté par semaine, notre choix d’introduction à Operavision s’est porté sur l’Alceste de Gluck dans la mise en scène élégante et hiératique de Pier Luigi Pizzi à la Fenice de Venise en 2015.