Ludwig van Beethoven, Les concertos pour piano

Ces enregistrements sont le fruit d’un concours de circonstances : l’annulation d’une tournée des concertos de Beethoven par Murray Perahia et la célèbre Academy qui devait culminer par une captation en public à Berlin pour DG. À 24 ans, Jan Lisiecki a relevé le défi du remplacement de Perahia et de l’immortalisation discographique. On pourrait crier « au fou ! », surtout pour une étiquette qui a deux versions Kempff et Pollini à son catalogue. Mais la surprise est plutôt bonne. On a assez reproché à de jeunes artistes de « jouer comme des vieux » pour ne pas saluer ici la fraîcheur et même une forme de candeur dans certaines inflexions, lorsque le pianiste canadien cherche à apporter sa touche. Le Beethoven de Lisiecki, dont le piano est placé très en avant par les micros, est élégant, pas immensément riche en couleurs pianistiques et en nuances orchestrales, mais avec suffisamment d’excellentes décisions (tempo du volet central de l’Empereur, admirable section à 3 min 50 s du largo du 3e Concerto) pour être salué.

Écoutez un extrait du 3e Concerto

Ludwig van Beethoven

★★★ 1/2
Classique

Les concertos pour piano, DG, 3 CD, 483 7637